Clemenceau : une archive inédite sur le "Tigre"

Une archive inédite de Georges Clemenceau, surnommé "le père la victoire" de la Première Guerre mondiale. Pour la première fois, vous allez découvrir un film tourné dans sa maison en Vendée. Un document sonore qui nous révèle un vieux monsieur pas très commode.

Filmée en 1928 par une équipe de cinéma américain, une archive révèle pour la première fois la voix de Georges Clemenceau. Sans surprise, le "Tigre" n'est pas commode avec le cameraman. "Dépêchez-vous, je ne peux pas continuer comme ça, c'est pas possible" lui disait-il. À cette époque-là, Clemenceau s'était retiré dans une maison en Vendée. Il passe ses journées à écrire face à la mer, mais n'a rien perdu de son légendaire franc-parler.

Des images émouvantes

"Il a encore ses coups de pattes, ses coups de griffe. Là, ça s'exerce contre un pauvre cameraman, mais imaginons dans l'hémicycle" ajoute Bruno Fuligni, commissaire de l'exposition Georges Clemenceau à l'Assemblée nationale. Clemenceau, c'est le "Père la Victoire". Dans les tranchées, aux côtés des poilus, il est un héros national, filmé à l'époque par le cinéma muet. Ces archives, jusque-là inédites, n'en sont que plus émouvantes, et parfois prêtent à sourire. Ces images sont à découvrir à l'Assemblée nationale, dans une exposition consacrée à ce héros de la Grande Guerre du 15 septembre au 13 octobre 2018.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les Premiers ministres britanniques et italiens David Lloyd George et Vittorio Emanuele Orlando, le président du Conseil Georges Clemenceau et le président américain Woodrow Wilson, photographiés en 1919. Alors que les Alliés ratifient le traité de Versailles le 19 mars 1920, le même jour, les États-Unis refusent de le signer.
Les Premiers ministres britanniques et italiens David Lloyd George et Vittorio Emanuele Orlando, le président du Conseil Georges Clemenceau et le président américain Woodrow Wilson, photographiés en 1919. Alors que les Alliés ratifient le traité de Versailles le 19 mars 1920, le même jour, les États-Unis refusent de le signer. (DPA / AFP)