Cannes : dans "Gueule d'ange", Marion Cotillard incarne une maman fragile et irresponsable

Derrière les paillettes et la Croisette, la Caméra d'or récompense les premiers films : parmi les longs-métrages qui sont en lice, il y a Gueule d'ange. En direct de Cannes (Alpes-Maritimes), la journaliste Julie Beckrich fait le point. 

FRANCE 2

"La réalisatrice de Gueule d'ange s'est offert pour son premier film un casting impressionnant", rapporte Julie Beckrich, en direct de Cannes (Alpes-Maritimes) : d'abord, la petite Ayline Aksoy-Etaix, une petite fille de 8 ans que l'on va suivre tout au long de ce film, et puis la grande Marion Cotillard, qui va incontestablement permettre à ce premier film de faire parler de lui. La Caméra d'or récompense un premier film, "il y a souvent des pépites qui sont auréolées de cette récompense, on se rappelle de Divines, il y a deux ans".

"Elle est dans le cliché de ce qu'elle voit à la télé"

Elle ne rêvait pas d'un meilleur scénario pour présenter son premier film ; voici Vanessa Filho au Festival de Cannes, accompagnée par Marion Cotillard, qui incarne Marlène, l'héroïne perdue de son histoire. Marlène est une jeune femme en manque de repères, ravagée par l'alcool. Elle entraîne dans sa descente aux enfers sa petite fille de 8 ans. Marion Cotillard, en blonde peroxydée, incarne une maman fragile, incapable de prendre ses responsabilités. "Elle est dans le cliché de ce qu'elle voit à la télé, quand elle regarde la téléréalité", analyse Marion Cotillard. "C'est ce qu'elle connait, donc c'est ce qu'elle a envie d'être". Privée de la présence de sa mère, la petite fille se raccroche aux adultes sur son chemin.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'actrice française, Marion Cotillard, sur le tapis rouge du Festival de Cannes, le 12 mai 2018.
L'actrice française, Marion Cotillard, sur le tapis rouge du Festival de Cannes, le 12 mai 2018. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)