Sous-marins : une rupture de contrat attendue ou imprévisible ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Sous-marins : une rupture de contrat attendue ou imprévisible ?
FRANCEINFO
Article rédigé par
V. Lerouge, T. Curtet, A. Zouioueche, P. Caron, P.-M. de La Foata - franceinfo
France Télévisions

La France a rappelé, vendredi 17 septembre, son ambassadeur en Australie, qui comprend la déception après la rupture du contrat commercial sur 12 sous-marins, mais souhaite continuer à travailler avec Paris. Pourquoi un tel revirement de Canberra ?

En juin, Emmanuel Macron recevait le Premier ministre australien Scott Morisson, qui affirme avoir évoqué avec le président de la République la rupture du contrat sur les sous-marins. Pourtant, depuis jeudi 16 septembre, la France affirme n'avoir rien vu venir. Une source diplomatique confirme la version française vendredi : "Contrairement à ce que laissent entendre les Australiens et les Américains, il n'y a pas eu de signal".

Histoire d'argent ou de géopolitique ?

Cependant, selon Anne Genetet, députée LREM des Français établis hors de France, certains signes étaient présents. L'élue raconte : "Un député du camp de Scott Morisson, le Premier ministre, m'a fait un discours incendiaire sur cet accord en me disant : 'Qu'est-ce que c'est que ce contrat, je ferai n'importe quoi pour le déchirer'". Les griefs avancés par l'Australie cachent surtout la pression des États-Unis qui veulent renforcer leurs alliances pour mieux contrer la Chine. Signes avant-coureurs ou pas, la France s'assoit donc sur 56 milliards d'euros avec la rupture de ce contrat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.