Soupçons d'espionnage : Emmanuel Macron évoque des "agissements d'une extrême gravité"

En déplacement en Russie, le chef de l'Etat a refusé de confirmer que les deux retraités de la DGSE avait agi au profit de la Chine.

Emmanuel Macron lors d\'une conférence de presse, à Saint-Pétersbourg (Russie), le 25 mai 2018.
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse, à Saint-Pétersbourg (Russie), le 25 mai 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Emmanuel Macron a réagi, vendredi 25 mai, après la mise en examen de deux anciens agents secrets français soupçonnés de trahison. En déplacement à Saint-Pétersbourg (Russie), le chef de l'Etat a estimé que leurs agissements pour une puissance étrangère étaient "d'une extrême gravité" lors d'une conférence de presse.

Interrogé sur l'impact de l'affaire sur les relations avec la Chine, le président de la République s'est borné à répondre qu'"avec la Chine, nous sommes deux grandes puissances qui nous connaissons bien" mais sans vouloir confirmer officiellement que les ex-agents avaient trahi au profit de ce pays.

"Cette affaire avérée est un signe d'efficacité de notre système de veille et de vigilance plutôt qu'un signe d'échec", a commenté de son côté l'entourage du président de la République, ajoutant que "le risque de corruption existe partout".