Sécurité : Nice expérimente la reconnaissance faciale

La ville de Nice (Alpes-Maritimes) teste en ce moment la reconnaissance faciale sur la voie publique. Un dispositif destiné à assurer la sécurité lors de grands événements comme le carnaval, qui débute le 16 février.

Reconnaître un visage automatiquement en quelques secondes à peine à l'aide d'une caméra de surveillance. Un dispositif testé pour la première fois en France à l'occasion du carnaval de Nice (Alpes-Maritimes). Un millier de personnes se sont portées volontaires pour cette expérimentation. Une fois filmé par une caméra, chaque individu peut être identifié. Alerté, le PC sécurité de la ville peut alors intervenir dans trois cas de figure : lorsqu'un enfant est perdu, qu'une personne âgée a disparu ou qu'un individu est recherché.

La Cnil exprime des doutes

Pour Christian Estrosi, le maire de Nice, c'est la garantie d'une sécurité renforcée. Le maire de Nice souhaite que la reconnaissance faciale devienne rapidement opérationnelle et s'étende à toute la ville. De son côté, la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) s'interroge : un maire peut-il mettre en place ce dispositif ? La Cnil a demandé à obtenir d'ici deux mois les résultats de cette expérimentation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une caméra de vidéosurveillance installée sur la promenade des Anglais, à Nice, le 12 janvier 2012.
Une caméra de vidéosurveillance installée sur la promenade des Anglais, à Nice, le 12 janvier 2012. (VALERY HACHE / AFP)