Sahel : un important chef jihadiste éliminé

La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé mercredi 6 novembre que la France a éliminé un chef jihadiste très influent au Mali. Proche d'Al-Qaïda, il avait revendiqué plusieurs attentats et était l'un des terroristes les plus recherchés au Sahel.

France 2

Après des semaines de traque aux quatre coins du Mali, l'étau a fini par se resserrer autour de l'ennemi, Ali Maychou, un Marocain dont le portrait n'a jamais été diffusé. Dans la nuit du 9 au 10 octobre, il est tué par les militaires de l'opération Barkhane en coordination avec les Maliens. Il était le leader du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, un mouvement fondé par le touareg Iyad Ag Ghali, toujours recherché.

4 500 militaires français en première ligne

Ce coup porté au mouvement proche d'Al-Qaïda a été annoncé par la ministre des Armées, Florence Parly, à l'issue d'un voyage express au Mali, au Tchad et au Burkina Faso. En première ligne, 4 500 Français sont engagés au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane. Ils opèrent dans cinq pays sur une surface grande comme dix fois la France. Mais malgré la présence des forces françaises et africaines, la situation sécuritaire se dégrade. Il y a quelques jours, un commando de l'État islamique a attaqué la base militaire malienne d'Indelimane, revendiquant le massacre de 53 soldats et d'un civil.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un soldat français dans la région de Gourma, au Mali, le 26 mars 2019.
Un soldat français dans la région de Gourma, au Mali, le 26 mars 2019. (DAPHNE BENOIT / AFP)