Réserve nationale : quand les élus s'engagent militairement

Le ministre de l'Intérieur Benard Cazeneuve s'est rendu à Orléans (Loiret) ce lundi 1er août à la rencontre de la réserve opérationnelle à partir de laquelle sera constituée la garde nationale. Certaines personnalités politiques ont déjà décidé de s'engager.

Voir la vidéo
France 3

Après l'engagement politique, l'engagement militaire et citoyen. Plusieurs élus en parlent ouvertement ces derniers séjours. Marion Maréchal-Le Pen l'annonce fièrement, après l'attentat de Nice, la député du Vaucluse a postulé pour intégrer la réserve militaire nationale, aujourd'hui en sous effectif. "J’ai fait le choix de vouloir renter dans la réserve, car quand on est un élu au service de son pays, quand il est frappé en plein coeur, il faut faire des démonstrations d'actes", explique Marion Maréchal-Le Pen. 

Intégrer bénévolement la réserve de défense et de sécurité 

Alors faut-il s'attendre à voir Marion Maréchal-Le Pen patrouiller en uniforme ? Peut-être. Après une formation et au bout d'un an, les nouveaux réservistes peuvent être affectés à des missions de sécurité moyennant une rémunération. Autre manière de s'engager : intégrer bénévolement la réserve citoyenne de défense et de sécurité. C'est le cas de l'ancienne ministre Geneviève Fioraso, du secrétaire d'État Jean-Vincent Placé et du député Jean-François Lamour. Tous trois ont accédé au grade de colonel de la réserve.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militaires devant la cathédrale Notre-Dame à Paris, le 27 juillet 2016.
Des militaires devant la cathédrale Notre-Dame à Paris, le 27 juillet 2016. (MAXPPP)