Moscou déploie son "arme absolue", le missile hypersonique Avangard

Testé avec succès en 2018, il est capable d'atteindre 27 fois la vitesse du son et plus de 33 000 km/h.

Le président russe Vladimir Poutine lors de sa visite au centre national de contrôle de la défense lors des essais du lancement du missile Avangard, le 26 décembre 2018, à Moscou. 
Le président russe Vladimir Poutine lors de sa visite au centre national de contrôle de la défense lors des essais du lancement du missile Avangard, le 26 décembre 2018, à Moscou.  (MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK / AFP)

La Russie a annoncé, vendredi 27 décembre, la mise en service de ses premiers missiles hypersoniques Avangard, l'une des nouvelles armes développées par Moscou et vantées par le président Vladimir Poutine comme "pratiquement invincibles".

Ce système fait partie d'une nouvelle génération de missiles capables, selon Moscou, d'atteindre une cible quasiment partout dans le monde et de surpasser n'importe quel bouclier antimissile existant, tel que le système déployé par les Etats-Unis en Europe. "Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a rapporté au président Poutine la mise en service à 10 heures, heure de Moscou [7 heures GMT], du premier régiment équipé des nouveaux systèmes stratégiques hypersoniques Avangard", a indiqué le ministère dans un communiqué cité par les agences russes.

L'Avangard est capable d'atteindre 27 fois la vitesse du son et plus de 33 000 km/h, affirme le gouvernement. Il peut également changer de cap et d'altitude, le rendant "pratiquement invincible", selon le président russe.

Un mystérieux "laser de combat" 

Vladimir Poutine avait comparé les missiles Avangard, testés avec succès en décembre 2018, "à la création du premier satellite artificiel de la Terre", une référence au Spoutnik lancé en 1957, qui avait symbolisé l'avance technologique de l'Union soviétique sur les Etats-Unis en pleine guerre froide.

Une autre arme vantée comme "invincible" par Vladimir Poutine, le missile lourd balistique intercontinental de cinquième génération Sarmat, doit être livrée aux forces armées russes en 2020. Le Sarmat n'aurait "pratiquement pas de limites en matière de portée" et serait "capable de viser des cibles en traversant le pôle Nord comme le pôle Sud".

Parmi les autres systèmes en développement figurent un drone sous-marin à propulsion nucléaire, des missiles hypersoniques destinés aux chasseurs russes ou encore un mystérieux "laser de combat".

.