Manifestations : le dispositif exceptionnel des forces de l'ordre était-il efficace ?

Avec 8 000 hommes mobilisés dans la capitale, le dispositif de sécurité était sans précédent samedi 8 décembre à Paris.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Dans la soirée du 8 décembre, des "gilets jaunes" rencontrés par les équipes de France 2 ressortent de garde à vue, alors qu'ils étaient venus à Paris pour manifester. À cause de masques à gaz considérés comme des armes de première catégorie par les forces de l'ordre, cette famille est restée durant trois heures au commissariat. "Je voulais juste me protéger et c'est pour ce motif-là qu'on me met en garde à vue, c'est n'importe quoi !", témoigne un "gilet jaune".

Des interpellations record

Dès le début de la matinée du samedi 8 décembre, les forces de l'ordre ont procédé à des fouilles et arrestations préventives. Le nombre de personnes interpellées est passé de 177 à 7 heures du matin, jusqu'à 1 150 à 21 heures. 8 000 policiers et gendarmes mobiles ont été déployés dans la capitale. Un dispositif inédit qui n'a pourtant pas permis d'éviter les violences. Les pillages notamment ont été beaucoup plus nombreux que lors de la mobilisation du samedi 1er décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des cars de CRS dans les rues de Paris, le 8 décembre 2018, lors d\'une nouvlle journée de mobilisation des \"gilets jaunes\".
Des cars de CRS dans les rues de Paris, le 8 décembre 2018, lors d'une nouvlle journée de mobilisation des "gilets jaunes". (ESTELLE RUIZ / AFP)