Cet article date de plus d'un an.

Mali : le calme et l'attente après le coup d'Etat

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Mali : le calme et l'attente après le coup d'Etat
Article rédigé par
D. Schlienger, C. Martin, C. Duchessey - France 2
France Télévisions

Alors que la population malienne manifestait depuis des mois contre un pouvoir jugé trop faible et corrompu, le président Ibrahim Boubacar Keïta a été renversé mardi 18 août par un coup d'Etat militaire. 

Des militaires ont fait un coup d'Etat, mardi 18 août, au Mali. Ils ont renversé le Président , Ibrahim Boubacar Keïta, qui a remis sa démission dans la nuit de mardi à mercredi. Ce soir, les officiers réunis au sein du "Comité national pour le salut du peuple", appellent au calme. Ismaël Wagué, leur porte-parole, s'est exprimé en ces termes : "Le comité invite la population à vaquer librement à ses occupations et à reprendre ses activités. Le comité invite à arrêter immédiatement les actes de vandalisme et de destructions des édifices publics". 

La population attend 

Depuis hier, des bâtiments officiels sont pillés. Au lendemain de ce coup d'Etat éclair, le Mali ne sait pas vraiment où il va. Les frontières du pays ont été fermées, un couvre-feu a été instauré. Les rues sont étrangement calmes et la population est dans l'expectative. Certains jugent que le coup d'Etat est une bonne chose, à l'instar de cet homme qui estime que "les militaires peuvent sauver le Mali aujourd'hui". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.