Cet article date de plus de neuf ans.

Le ministère de l'Intérieur ordonne une fouille approfondie de toutes les centrales nucléaires

Après l'interpellation de neuf militants de Greenpeace dans la centrale de Nogent-sur-Seine ce matin, l'organisation affirme avoir réussi à pénétrer "un autre site nucléaire". EDF nie pourtant toute autre intrusion.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (François Nascimbeni AFP)

Après l'intrusion - et les tentatives d'intrusion - de militants de Greenpeace dans plusieurs centrales nucléaires françaises, une fouille générale et "approfondie " de toutes les centrales et installations nucléaires (une vingtaine au total) est en cours, "pour vérifier que des militants de Greenpeace n'y sont pas cachés ", a expliqué Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Greenpeace affirme en effet avoir réussi à infiltrer des militants dans une autre centrale que celle de Nogent-Sur-Seine. Selon l'organisation qui refuse de préciser laquelle, ces militants "parviennent à se déplacer sur ces sites sans être repérés ".

Greenpeace rejoue ainsi le jeu du chat et la souris. Dans son nouveau communiqué, il met au défi "Areva, EDF, les forces de l'ordre et les responasbles politiques [qui ] prétendent que les sites nucléaires français sont sécurisés ". "A eux de retrouver les militants ", conclut-il. Le Peloton de la gendarmerie spécialisé dans la protection des centrales affirme que la tentative d'intrusion à la centrale de Chinon, en Indre-et-Loire, n'a pas abouti. Mais on ignore encore ce qui s'est réellement passé au Blayais et à Cadarache.

En attendant, l'organisation publie minute par minute un Liveblog de son opération coup de poing.

Greenpeace affirme avoir réussi à atteindre le coeur des installations de la centrale de Nogent-sur-Seine "en environ quinze minutes ". Et à peindre le symbole Danger en rouge sur le dôme d'un des réacteurs. Neuf de ses militants seraient en garde à vue. Mais les deux derniers viendraient seulement d'être interpellés, reconnaît le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

"Merci à Greenpeace pour l'audit gratuit de sûreté nucléaire" Cécile Duflot, EE-LV

Pour Europe Ecologie-Les Verts, en revanche, tout ne fait que commencer. Noël Mamère, sur France Info, salue l'opération "pacifique et extrêmement pédagogique " de Greenpeace. Cécile Duflot, n°1 du mouvement, remercie elle l'organisation pour cet "audit gratuit " qui démontre "les défaillances de nos centrales, ouvertes comme des moulins à vent ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.