"Le Chant du loup", un blockbuster français au service du pays

Le film "Le Chant du loup" est une superproduction à bord de deux sous-marins nucléaires français avec Omar Sy, Mathieu Kassovitz ou Reda Kateb. C'est une plongée réaliste dans un univers clos.

France 3

C'est un cri surgi des profondeurs que seuls perçoivent les sous-mariniers. Un signal qui indique que le bâtiment est repéré. Le sous-marin français est pris en chasse par un hélicoptère iranien. C'est par cette longue scène de traque que débute Le Chant du loup, au cinéma mercredi 20 février. Une plongée très réaliste à bord d'un sous-marin nucléaire.

Au cœur de l'intrigue, un jeune sous-marinier incarné par François Civil. C'est lui qui décèle avec précision les sons et identifie d'éventuelles menaces. Pour retranscrire ce monde clos et méconnu, les acteurs ont pu eux-mêmes embarquer avant leur tournage en studio.

17 millions d'euros de budget

La marine nationale a bien saisi l'intérêt d'un tel film, le premier de l'ancien diplomate Antonin Baudry : formation des acteurs, de vrais marins comme figurants et mise à disposition de ses propres moyens. "C'est compliqué d'attirer les gens. Si ça peut donner envie de s'engager, c'est le bienvenu", explique le capitaine de frégate Pierre, commandant du sous-marin nucléaire Rubis.

L'autre intérêt pour les armées, c'est l'arme nucléaire. D'ici 15 ans, la France doit moderniser sa dissuasion et convaincre l'opinion de ses choix coûteux. Le film véhicule l'idée d'une menace bien réelle. Un film à grand spectacle : 17 millions d'euros de budget pour un film au service de la France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une image du film \"Le Chant du loup\"
Une image du film "Le Chant du loup" (France 3)