Le sous-marin "La Minerve", disparu il y a cinquante ans, retrouvé au large de Toulon

Le 27 janvier 1968, le sous-marin militaire avait coulé en quatre minutes seulement. Malgré les opérations de secours aussitôt entreprises, l'épave n'avait pas été localisée, laissant les familles dans l'attente et le chagrin.

Les bateaux lancés à la recherche de \"La Minerve\" à Toulon (Var), sur une photo diffusée le 22 juillet 2019 par le ministère des Armées.
Les bateaux lancés à la recherche de "La Minerve" à Toulon (Var), sur une photo diffusée le 22 juillet 2019 par le ministère des Armées. (MINISTERE DES ARMEES)

"C'est un succès, un soulagement et une prouesse technique." La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé lundi 22 juillet que le sous-marin La Minerve, disparu il y a 50 ans, avait été retrouvé au large de Toulon (Var). Le 27 janvier 1968, le sous-marin militaire, avec 52 hommes à bord, avait coulé en quatre minutes seulement.

L'épave a été localisée à 45 km de Toulon, à 2 370 m de profondeur, par le navire américain Seabed Constructor, arrivé mardi dernier pour participer aux recherches, et dont les drones ont apporté la confirmation visuelle de l'emplacement de La Minerve, précise un haut gradé de la marine nationale à l'AFP.

Une découverte grâce aux progrès de la science

En octobre dernier, des familles de disparus de La Minerve avaient lancé un appel pour que les recherches de l'épave reprennent afin de "savoir où reposent ceux qui ont donné leur vie pour leur pays" et pour "permettre d'achever un long travail de deuil qui, pour certains, n'a jamais pu se faire".

>> GRAND FORMAT. Le mystère insondable de La Minerve

Ces recherches avaient finalement repris le 4 juillet, avec des moyens technologiques de pointe. Les spécialistes s'étaient attelés à redéfinir la zone où il était le plus probable de retrouver l'épave. Une série de données ont été repassées en revue au vu des connaissances scientifiques actuelles.

Par exemple, les enregistrements sismiques qui permettent de localiser le sous-marin au moment où il implose sous la pression de l'eau ont pu être retravaillés. Ces signaux peuvent désormais être analysés bien plus finement. La connaissance des courants très profonds a également progressé.