Cet article date de plus d'un an.

Info franceinfo Armées : ce que contient le plan du ministère pour mieux prendre en compte les blessures psychologiques des militaires

Le plan prévoit également des mesures pour aider les familles de militaires blessés en opérations extérieures.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Patricia Miralles, Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire (FREDERIC PETRY / HANS LUCAS)

La secrétaire d'Etat chargée des Anciens combattants et de la Mémoire, Patricia Miralles présente mercredi 10 mai un plan d'accompagnement des militaires blessés et de leurs familles. Il s'articule autour de deux axes, selon les informations de franceinfo : renforcer l'offre de soins et simplifier les démarches administratives.

>> REPORTAGE. "S'il n'y avait pas eu cet accompagnement, je ne serais pas là pour vous en parler": au cœur d'une maison "Athos" qui accueille les soldats victimes de stress post-traumatique

Le plan accorde une part importante au traitement des blessures psychologiques liées à la guerre. Selon le cabinet des Anciens combattants et de la Mémoire joint par franceinfo, plus de 3 000 militaires français souffrent de symptômes post-traumatiques, après des années de missions en Afrique ou au Proche-Orient.

Des maisons "Athos"

D'ici à 2030, le gouvernement entend créer six nouvelles maisons "Athos", dispositifs de réhabilitation psycho-sociale, dont 1 à 2 en Outre-mer, contre quatre aujourd'hui (à Bordeaux, Toulon, Aix-les-Bains et dans le Morbihan). Ce sont des lieux de vie, non médicalisés, avec activités manuelles, sportives, artistiques pour que ces militaires atteints de troubles post-traumatiques puissent se reconstruire psychologiquement, dans les meilleures conditions possibles.

Pour Patricia Miralles, secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire, invitée en exclusivité ce mercredi matin sur franceinfo, "la philosophie de ce plan, c'est de faire en sorte que le blessé n'ait qu'une seule préoccupation : celle de se soigner".

Par ailleurs, un pôle de réhabilitation de l’Institution nationale des Invalides sera prochainement inauguré, pour apprendre aux militaires blessés à vivre avec leurs blessures, en les accueillant après leur hospitalisation.

"Retirer des démarches inutiles"

Afin de simplifier les démarches administratives des militaires blessés, le gouvernement entend créer un coffre-fort numérique, sorte de "Franceconnect" du blessé militaire. Tous les documents émis par l’administration y seront automatiquement stockés et le militaire n’aura plus à les fournir lors des procédures.

"Le parcours administratif ne doit pas être le combat de trop", insiste la secrétaire d'Etat. "Simplifier les démarches, c'est retirer des démarches inutiles", ajoute-t-elle avant de s'appuyer sur l'exemple du "renouvellement automatique de la pension militaire d'invalidité".

"Si on caricature, un bras ou une jambe ça ne repousse pas. Ce ne sera donc plus à eux de prouver qu'ils sont blessés, c'est l'inversion de la charge de la preuve pour le blessé."

Patricia Miralles

à franceinfo

Ce plan du gouvernement prévoit aussi des mesures spécifiques pour les familles de militaires : elles auront par exemple droit à des sessions de sensibilisation à la veille du retour de leurs proches d'OPEX et à des séjours de répit. Le versement d'un complément de revenu aux proches aidants doit aussi être assoupli.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.