"Gilets jaunes" : un policier témoigne des violences du 8 décembre

Les manifestations des "gilets jaunes" samedi 8 décembre ont donné lieu à de violents affrontements. À Bordeaux (Gironde), la tension est montée à un niveau inédit, à en croire le témoignage d'un policer interrogé par France 2.

FRANCE 2

La mobilisation des "gilets jaunes", samedi 8 décembre, a été particulièrement violente. Les forces de l'ordre étaient au contact des manifestants les plus radicaux. Un policier témoigne pour France 2. Il évoque des scènes "inimaginables" survenues à Bordeaux (Gironde). "On n'est pas habitués à voir ces scènes de violences sur Bordeaux", assure-t-il, décrivant "des gens cagoulés, masqués, et qui veulent en découdre à tout prix". Pêle-mêle, il se rappelle des projectiles qui lui ont été lancés. "On a reçu des panneaux de signalisation (...) il y en a un qui nous a lancé un chariot de supermarché en feu, c'était extrême", se remémore-t-il.

"Très difficile" de distinguer les "gilets jaunes" des casseurs

Alors que certaines images mettent en cause des policiers pour un usage non proportionné de la force, ce fonctionnaire plaide en faveur de ses collègues, arguant que "dans ces manifestations-là, c'est très difficile d'identifier la personne qui est 'gilet jaune', qui revendique vraiment son opinion et son mécontentement". "On les protège dans un premier temps, puis quand on voit qu'il y a une ligne de personnes déterminées et de casseurs, on fait des sommations pour dire qu'on va charger", précise-t-il. Et de conclure : "On ne peut pas laisser tout et n'importe quoi se faire dans un centre-ville, surtout des casseurs comme ça, qui viennent et qui pillent", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gendarmes tentent de contenir des \"gilets jaunes\" à Toulouse ( Haute-Garonne), où des heurts ont éclaté.
Des gendarmes tentent de contenir des "gilets jaunes" à Toulouse ( Haute-Garonne), où des heurts ont éclaté. (REMY GABALDA / AFP)