"Gilets jaunes" : le dispositif de sécurité remis en question

Le dispositif de sécurité avait été renforcé à Paris pour faire face à la mobilisation annoncée des "gilets jaunes" le samedi 1er décembre. Pourtant, il a rapidement été dépassé. Comment l'expliquer ?

Voir la vidéo
France 3

Y avait-il suffisamment de policiers pour empêcher le chaos dans Paris samedi 1er décembre ? Un peu partout, les CRS ont été rejoints par des policiers, parfois en civils. Combien, on l'ignore. Ils ont tenté de contenir les débordements dans les rues adjacentes aux Champs-Élysées. 4 000 personnes des forces de l'ordre étaient mobilisées dans le dispositif initialement prévu. Ce dispositif de filtrage a fonctionné.

Car sur les Champs, où les "gilets jaunes", pacifiques, étaient peu nombreux, il n'y a eu aucun heurt. Mais à la mi-journée, alors que la place de l'Étoile a été envahie puis évacuée, des heurts éclatent un peu partout, jusqu'au jardin des Tuileries. Ceux qui voulaient en découdre ont clairement choisi de s'éloigner des Champs-Élysées. Ici, boulevard Haussmann, des casseurs mêlés aux "gilets jaunes" érigent des barricades et jettent tout ce qui leur passe sous la main sur les forces de l'ordre. La situation devient vite incontrôlable.

17 CRS blessés

Ici, un incendie se déclare et pendant que les pompiers tentent d'y mettre fin, certains en profitent pour dégrader les façades. Quand les CRS arrivent enfin, ils chargent, mais les casseurs sont déjà passés. Dans les boutiques près des grands magasins, c'est la panique. La tension monte d'un cran. À la nuit tombée, les CRS tentent encore de maitriser une situation qui clairement les dépasse. Dans leurs rangs, on compte 17 blessés.

Ces scènes de chaos auraient-elles pu être évitées, le dispositif était-il adapté ? "On aurait vraisemblablement beaucoup de casse à nouveau sur les Champs, donc en soi le dispositif fonctionne parfaitement. Si on avait pris la place de l'Étoile dans le dispositif contrôlé, ils seraient allés en dehors. Il y a une volonté de ne pas déclarer les manifestations et de ne pas aller vers les endroits sécurisés", déclare Johanna Primevert, porte-parole de la préfecture de police.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers interviennent sur les lieux d\'un rassemblement des \"gilets jaunes\" à Paris, le 1er décembre 2018.
Des policiers interviennent sur les lieux d'un rassemblement des "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018. (LUCAS BARIOULET / AFP)