Fichés S : que pourront savoir les maires ?

Une circulaire du ministre de l'Intérieur va permettre aux maires de pouvoir obtenir plus d'informations sur les personnes fichées S de leur commune. 

FRANCE 2

C'était une revendication de l'association des maires de France : savoir qui dans la commune est fiché comme radicalisé. Une circulaire du ministre de l'Intérieur rend désormais cette information possible. Mais quels seront exactement les renseignements échangés ? Via le préfet, le maire pourra savoir si un habitant de sa commune est fiché comme radicalisé et jugé dangereux. Si c'est un agent municipal qui est fiché, le maire sera systématiquement prévenu pour les postes sensibles, comme dans les crèches ou les centres sportifs.

10 000 individus classés dans le fichier des personnes radicalisées

Parallèlement, le maire pourra signaler au préfet une personne qu'il soupçonne et savoir en retour s'il s'agit en effet d'un individu radicalisé ou d'une fausse alerte. Question : y a-t-il des risques à échanger ces informations ? Selon un syndicat de police interrogé par France 2, cette circulaire pourrait menacer certaines enquêtes. Alors, quels sont les garde-fous ? Avant toute information individuelle donnée au maire, il faudra l'autorisation du préfet, du procureur de la République et du responsable local de la police, de la gendarmerie ou des renseignements. Sont exclues les informations "secret défense" ou portant atteintes au secret d'une enquête. Au total en France, près de 10 000 individus sont classées dans le fichier des personnes radicalisées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une circulaire du ministre de l\'Intérieur va permettre aux maires de pouvoir obtenir plus d\'informations sur les personnes fichées S de leur commune. 
Une circulaire du ministre de l'Intérieur va permettre aux maires de pouvoir obtenir plus d'informations sur les personnes fichées S de leur commune.  (FRANCE 2)