Feuilleton : au cœur d'un géant (2/5)

Les équipes du 13 Heures ont pénétré les coulisses du célèbre porte-avions Charles de Gaulle. Un deuxième épisode consacré aux spectaculaires Rafales marines embarqués pour une mission spéciale.

Un ascenseur pour remonter un par un les Rafale marines des hangars. Chaque appareil dispose d'un emplacement bien précis pour que ces derniers puissent être comptés un par un. Une équipe au travail bien particulier prend le relais : la cabine de catapulte. Elle est située au ras du sol près des avions. La formation est chargée de catapulter les avions via un bouton. Le pilote encaisse cinq fois son poids en l'espace de deux secondes. Les catapultages s’enchaînent sur les deux pistes toutes les trente secondes.

Des pilotes au cœur de la lutte contre le terrorisme

Entre deux vols, le capitaine Benoît, désireux de garder l'anonymat, revient sur son engagement de pilote. "On ne le découvre pas du jour au lendemain. Quand on s'engage, on sait qu'on s'engage pour un métier qui comporte cette responsabilité-là. On a tous en tête les images des attentats (...) c'est notre part à la lutte contre le terrorisme". Le porte-avions est au large des côtes syriennes et est intégré durant un mois au dispositif de la coalition internationale luttant contre Daech.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux Rafale prêts à décoller du porte avion \"Charles-de-Gaulle\", le 25 mars 2011.
Deux Rafale prêts à décoller du porte avion "Charles-de-Gaulle", le 25 mars 2011. (AFP PHOTO / MARINE NATIONALE / CYRIL DAVESNE)