Espionnage : la guerre des abysses avec la surveillance des câbles sous-marins de télécommunication

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Espionnage : la guerre des abysses avec la surveillance des câbles sous-marins de télécommunication
FRANCE 2
Article rédigé par
B.Delombre, C.Hillary, M.Birden, R.Laurentin, Crédit images : Orange - France 2
France Télévisions

Des secrets sous les mers passionnent les services de renseignement du monde entier. Des écoutes ont été interceptées via des câbles sous-marins qui suscitent beaucoup de convoitise : 99 % de nos télécommunications transitent sous nos océans.

Quelque part sur le littoral atlantique, l'opération se déroule à l'abri des regards, juste sous cette barge ballottée par les vagues : des plongeurs posent les derniers mètres d'un câble de télécommunication. Long de 6 600 kilomètres, le câble "Amitiés" va relier les États-Unis aux Royaume-Uni et à la France. Le chantier est sensible : impossible d'interroger les ouvriers qui y travaillent pour des questions de sécurité numérique. Les mails, les appels et les recherches de millions d'Européens vont transiter par ce câble.

99% des télécommunications mondiales

Le monde est parcouru par 447 de ces câbles sous-marins, qui transportent 99% des télécommunications mondiales. Des milliards d'informations sont échangées, dont certaines, cruciales, suscitent les convoitises des grandes puissances. En 2013, Edward Snowden révèle que la NSA surveille les câbles sous-marins. Il y a quelques jours, des journalistes danois arrivent à la même conclusion et révèlent que les communications d'Angela Merkel et d'autres dirigeants auraient été espionnées par les États-Unis. La France condamne publiquement, pourtant le pays intercepte également les télécommunications transmises par câble sous-marin. La loi le permet "aux seules fins de défense et de promotion des intérêts fondamentaux de la Nation". Selon des informations France Télévisions, la DGSE a reçu les moyens financiers pour employer 800 personnes il y a 10 ans, chargées de surveiller les câbles. La France et les autres pays investissent également dans des drones capables de surveiller ces câbles à 2 000 mètres de profondeur. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.