Cet article date de plus de cinq ans.

Emmanuel Macron a fait "des annonces fortes" lors de ses vœux aux armées

L'ancien colonel Michel Goya a expliqué, vendredi sur franceinfo, que les annonces d'Emmanuel Macron, à l'occasion de ses vœux aux armées, vont permettre aux militaires de sortir de la crise, "si elles sont respectées".

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le président de la République Emmanuel Macron, le 19 janvier 2018, lors des vœux aux armées à Toulon (Var). (CLAUDE PARIS / POOL)

"Les annonces du président, ce sont surtout des confirmations, mais il y a au moins la volonté de prendre à bras-le-corps ce problème de financement", a estimé l'ancien colonel Michel Goya, vendredi 19 janvier sur franceinfo. L'expert militaire a également expliqué que si les annonces d'Emmanuel Macron, lors des vœux aux armées à Toulon (Var) "sont respectées, cela va permettre de sortir de la crise".

franceinfo : Emmanuel Macron, qui s’est voulu rassurant lors de son discours de Toulon, a-t-il atteint son objectif, selon vous ?

Michel Goya : C’est un discours intéressant, mais il faut bien comprendre que le problème des armées ne date pas de l’été dernier. On est sur quelque chose de très profond à propos d’une crise de financement. C’est le problème majeur des armées depuis près de 30 ans. Dans les annonces du président, ce sont surtout des confirmations, mais il y a au moins la volonté de prendre à bras-le-corps ce problème de financement.

Emmanuel Macron a annoncé une augmentation d’1,8 milliard d’euros dès cette année pour les armées et le budget de la Défense rapporté à 2% du PIB d’ici 2025.

C’est ça, 1,7 milliard d'euros chaque année en plus et 3 milliards d’euros en plus à partir de 2022. Ce sont des annonces fortes. Si elles sont respectées, cela va permettre de sortir de cette crise. Depuis 1982, à peu près, les armées ont quasiment le même budget en euro constant, c’est-à-dire 35 milliards d’euros avec une augmentation ou une baisse de 10, avec des programmes industriels coûteux et nouveaux qui s’accumulent, un engagement plus important et une professionnalisation qui a coûté de l’argent. Ce qui est intéressant aussi dans le discours, c’est le budget des opérations extérieures qui est enfin assumé à 1,1 milliard d'euros. Le problème est son financement. Le budget est censé être à part et le malheur, c’est qu’il était systématiquement sous-évalué. On savait pertinemment que chaque année on dépensait à peu près 1 milliard d’euros pour les opérations extérieures tandis que le budget était annoncé à 450 millions d’euros. C’était tout à fait mensonger.

De quoi se plaignent les soldats ?

Il y a un ensemble de facteurs avec des problèmes très concrets liés à la suppression massive des postes depuis une dizaine d’années. Il avait été entrepris la suppression de 80 000 postes. Depuis, on a une administration militaire qui est désorganisée par rapport à ce qu’elle était, il y a une dizaine d’années. Avec le discours du président, il y a peut-être l’idée qu’on va revenir en arrière, qu’on va résoudre les problèmes. On a un effort qui est concret et budgétaire, qui concerne des éléments qui ne sont pas les plus "sexy", mais qui sont absolument essentiels.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.