Devant les troupes de Barkhane, Jean Castex annonce un hommage national aux trois soldats morts au Mali

Le Premier ministre a réveillonné avec les troupes françaises à N'Djaména, au Tchad, en compagnie de la ministre des Armées Florence Parly.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre, Jean Castex, échange avec des soldats français de la force Barkhane à N'Djaména (Tchad), le 31 décembre 2020.  (JEREMY MAROT / AFP)

Il leur a fait part de sa "profonde tristesse", mais aussi de la "détermination" de la France face au terrorisme. Devant les troupes de la force Barkhane à N'Djaména (Tchad), jeudi 31 décembre, le Premier ministre Jean Castex a rendu hommage aux trois soldats français morts lundi au Mali, dans l'explosion d'une mine. "Un hommage national sera rendu à ces trois valeureux soldats la semaine prochaine à Verdun", a fait savoir le chef du gouvernement, saluant leur "héroïsme militaire".

"En relisant dans l'avion qui me conduisait jusqu'à vous l'ensemble du dossier militaire (...) mais aussi les biographies de vos trois frères d'armes, je ressentais tout à la fois la chance que notre pays a de pouvoir compter sur des soldats tels que vous, mais également une profonde tristesse", a déclaré le Premier ministre lors d'une cérémonie au camp Kosseï. "Mais cette tristesse ne doit jamais nous abattre, bien au contraire. Notre détermination ne doit en être que plus forte", a-t-il ajouté, en insistant sur la "volonté intacte" de combattre le terrorisme islamiste au Sahel.

Le brigadier-chef Tanerii Mauri et les chasseurs de première classe Quentin Pauchet et Dorian Issakhanian ont été tués lundi dans la zone des "trois frontières" entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, portant à 48 le nombre d'hommes morts au Sahel depuis 2013. Le Premier ministre, qui a réveillonné avec les troupes françaises en compagnie de la ministre des Armées Florence Parly, ira vendredi à la rencontre des contingents de Faya-Largeau et d'Abéché, dans le nord et l'est du Tchad.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.