Chine : les opposants à la nouvelle loi continuent de protester

L’inquiétude se fait sentir à Hong Kong, après l’adoption par la Chine d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale.

Des centaines d’opposants ont été interpellés, et les critiques internationales n’y font rien. La Chine a voté une nouvelle loi sur la sécurité nationale, mardi 30 juin. Le parti communiste a visiblement décidé d’étouffer la contestation. Lors de chaque manifestation, les opposants sont accueillis par les forces de l’ordre, équipées le 1er juillet de gaz lacrymogènes et canons à eau. Le 23e anniversaire du rattachement de Hong Kong à la Chine a un goût particulièrement amer.

La prison à perpétuité encourue

"Le but de la loi est très clairement de faire passer Hong Kong de l’état de droit de droit à l’état de peur", explique Lee Cheuk-Yan, dirigeant syndical. Des libertés comme celles de voter, appeler à la révolution, manifester ou même s’exprimer sont remises en question. Or, ces libertés constituaient l’exception hongkongaise. Des peines de prison de trois ans à la perpétuité sont encourues en cas de résistance aux 66 textes de la loi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants protestent contre la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, le 1er juillet 2020.
Des manifestants protestent contre la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, le 1er juillet 2020. (ANTHONY WALLACE / AFP)