Attaque au Niger : Emmanuel Macron annonce un renforcement de la sécurité des Français au Sahel

Au début d'un Conseil de défense consacré aux conséquences judiciaires, militaires et diplomatiques de cette attaque, le chef de l'Etat a salué, mardi, "l'engagement" des victimes.

Emmanuel Macron s\'exprime au début d\'un Conseil de défense en visio-conférence, le 11 août 2020, depuis le fort de Brégançon (Var).
Emmanuel Macron s'exprime au début d'un Conseil de défense en visio-conférence, le 11 août 2020, depuis le fort de Brégançon (Var). (DANIEL COLE/AP/SIPA)
Ce qu'il faut savoir

Après le meurtre de huit personnes, dont six Français, au NigerEmmanuel Macron a présidé, mardi 11 août, à la mi-journée, un Conseil de défense en visioconférence depuis le fort de Brégançon (Var). A l'issue de la réunion, il a annoncé avoir "décidé de renforcer les mesures de sécurité pour nos ressortissants dans la région". Suivez notre direct.

Quelles conséquences à l'attaque ? Durant le Conseil de défense, Emmanuel Macron a annoncé son intention de "faire le point sur la situation au Niger, les éléments qui sont en notre possession, les avancées de l'enquête, les démarches diplomatiques qu'on doit effectuer, évidemment les conséquences militaires qu'on doit en tirer, les conséquences sur l'ensemble de nos dispositifs dans la région" du Sahel.

Le rapatriement des corps en préparation. En Conseil de défense, l'exécutif représenté notamment par Jean Castex, Florence Parly et Gérald Darmanin, doit également examiner l'hommage qui sera rendu aux six victimes françaises et les opérations du "retour des corps".

Des enquêteurs français se rendent au Niger. Une dizaine d'enquêteurs français partent, ce mardi, pour le Niger, a appris franceinfo de source proche de l'enquête, confirmant une information de BFMTV. Il s'agit d'enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et de la police technique et scientifique.

 La traque des assaillants est toujours en coursLes forces armées nigériennes continuent à traquer les auteurs de l'attaque. Sur place, "une enquête et des opérations de ratissage, en collaboration avec nos partenaires (français) sont en cours en vue de dénicher les auteurs de ces actes ignobles et de renforcer la sécurité dans la zone", a indiqué le ministère nigérien de l'Intérieur.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NIGER

23h52 : L'Association française des victimes du terrorisme annonce qu'elle va porter plainte contre X après la diffusion sur les réseaux sociaux des photos des corps des humanitaires tués au Niger, a appris franceinfo auprès du directeur général de l'association. Quelques heures seulement après l'attaque de dimanche, des photos montrant des corps ensanglantés circulaient déjà sur internet.

20h07 : Rappelons qu'une enquête préliminaire pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d’un ou plusieurs crimes" a été ouverte hier par le parquet national antiterroriste français.

20h08 : Après l'attaque meurtrière de dimanche, une dizaine d'enquêteurs français ont été envoyés au Niger, dans le cadre d'une mission d'entraide internationale. Ils sont arrivés dans l'après-midi, a appris France Télévisions de source policière, et sont issus des rangs de la DGSI, de la police judiciaire et de la police technique et scientifique.

17h25 : Depuis 2014, l'armée française s'emploie à lutter contre les mouvements jihadistes au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane. Six ans plus tard, le conflit est toujours plus complexe, comme l'a rappelé l'attaque contre des humanitaires français au Niger. Notre journaliste Coline Renault vous explique pourquoi le Sahel est une impasse pour l'armée française.




(MICHELE CATTANI / AFP)

17h22 : "Elle ne supportait pas de rester passive. Charline, c'était des débats à n'en plus finir, elle ne faisait rien à moitié. Elle se donnait toujours les moyens d'aller jusqu'au bout. Ça la rendait hors d'elle de se sentir impuissante. Elle contribuait à sa manière à aider. Pour nous, c'est une fierté."

Au micro de franceinfo, la sœur de Charline Fouchet, morte au Niger, dresse son portrait et lui rend hommage.

16h20 : En visite à Montpellier, le Premier ministre, Jean Castex, adresse ses condoléances aux familles des victimes d'une "attaque d'une extrême violence et d'une lâcheté difficilement descriptible".

16h21 : Il est 16 heures, voici le point sur l'actualité :

• Emmanuel Macron a présidé ce matin un double Conseil de défense en visioconférence depuis le fort de Brégançon. Il a annoncé le renforcement de la sécurité des Français au Sahel après l'attaque meurtrière du week-end.

• Vladminir Poutine a affirmé ce matin que la Russie avait développé le "premier" vaccin contre le Covid-19 qui conférerait une "immunité durable". Une annonce tempérée par l'OMS, qui rappelle que "la pré-qualification de tout vaccin passe par des procédés rigoureux."

• La candidate de l'opposition à la présidentielle biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, qui conteste la réélection du président Alexandre Loukachenko, a quitté son pays pour la Lituanie.

• Deux personnes sont mortes cette nuit dans un incendie "d'une rare intensité" qui a embrasé un immeuble du centre de Vincennes (Val-de-Marne), en bordure de Paris. Voici ce que l'on sait à ce sujet.

16h09 : Les familles des victimes de l'attaque sont reçues au Quai d'Orsay à partir de 16 heures, selon nos informations.

14h25 : France 2 dresse le portrait des victimes de l'attaque au Niger.

(FRANCE 2)

13h37 : Voici les contenus qui retiennent le plus votre attention sur le site en ce moment :

• Notre dernier point sur la situation dans le pays.

• Notre résumé des informations disponibles sur l'attaque.

L'évacuation de Donald Trump après un incident à la Maison Blanche.

13h06 : Sur Twitter, Emmanuel Macron annonce le renforcement des mesures de sécurité pour les Français vivant au Sahel.

12h45 : A noter que 11 policiers français, de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et de la police technique et scientifique, se sont envolés aujourd'hui pour le Niger, afin d'enquêter sur l'attaque qui a coûté la vie à six Français et deux Nigériens.

12h41 : "Je veux commencer ce Conseil par une pensée pour leurs familles, leurs proches, eux-mêmes et pour tout ce qu'ils représentent de l'engagement de notre jeunesse."


En ouvrant le Conseil de défense, Emmanuel Macron a salué la mémoire des victimes de l'attaque. "Il est important qu'on puisse faire le point sur la situation au Niger, les éléments qui sont en notre possession, les avancées de l'enquête, les démarches diplomatiques qu'on doit effectuer, évidemment les conséquences militaires qu'on doit en tirer, les conséquences sur l'ensemble de nos dispositifs dans la région", a-t-il ajouté.

12h21 : Bravo pour ce commentaire et bravo à votre sœur et toutes mes condoléances pour votre perte, nous avons besoin de ces personnes ! Je ressens la même chose concernant le Liban, "Macron ferait mieux d'aider les Français" ou "C'est pas mon pays, ça m'intéresse pas", etc ... l'égoïsme des Français a l'état pur et je dis pas bravo ! Les enfants capricieux de l'Europe comme j'adore nous appeler.

12h14 : Bonjour Paul et FI, je comprends votre peine et votre colère. La méchanceté est souvent due a une ignorance déconcertante des personnes qui la véhiculent. Je suis aussi consternée par ce manque d'empathie a l’égard des gens... L'éducation et l'instruction, il n'y a que ça pour faire évoluer les consciences. Bon courage à vous.

12h14 : Entièrement d'accord avec Paul, c'est inadmissible tous ces commentaires, bravo à toutes les personnes qui agissent dans le monde pour aider les autres, soutien à la famille et aux collègues des victimes.

12h12 : Merci Paul pour votre message. Puisse-t-il faire réfléchir tous ceux qui parlent sans rien connaître ; je veux espérer qu’il y a plus de sottise que de méchanceté !!!! Courage aux parents et amis des victimes

12h13 : Bonjour, je partage totalement votre ressenti. Certains commentaires sont ignobles et j'espère que les familles ne les verront pas. Ma fille travaille dans l'humanitaire aussi, elle est souvent partie en mission et je suis comme vous sensible à ce qui vient de se passer. Un acte odieux. Tout mon soutien aux familles et amis de ces victimes.

12h13 : Vous êtes nombreux à saluer le message de Paul, ce proche d'une victime de l'attaque de dimanche soir au Niger, consterné par la violence de certains commentaires. Florilège.

12h38 : Il est midi, voici le point sur l'actualité :

Emmanuel Macron préside actuellement un double Conseil de défense en visioconférence depuis le fort de Brégançon. La situation au Niger, où huit personnes dont six Français ont été tués dimanche, doit être évoquée, comme la crise du Covid-19.

• Vladminir Poutine a affirmé ce matin que la Russie avait développé le "premier" vaccin contre le coronavirus qui conférerait une "immunité durable".

La candidate de l'opposition à la présidentielle biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, qui conteste la réélection du président Alexandre Loukachenko, a quitté son pays pour la Lituanie.

• Deux personnes sont mortes cette nuit dans un incendie "d'une rare intensité" qui a embrasé un immeuble du centre de Vincennes (Val-de-Marne), en bordure de Paris. Voici ce que l'on sait à ce sujet.

11h12 : Bonjour. Je souhaite partager ma consternation face à ce que je ressens comme un manque d'empathie à la suite de l'attaque au Niger. Connaissant l'une des personnes tuées, j’ai arrêté de lire les commentaires de lecteurs (y compris dans les articles de FI) tant l'ignorance mêlée à la méchanceté est douloureuse (“ils n'ont qu'à aider les Français”, “faut pas travailler avec les terroristes”, etc). Peu de mots réconfortants pour les victimes, leurs familles et leurs amis. Et visiblement peu de connaissance des enjeux humanitaires.
Le secteur n'est pas exempt de reproches mais les personnes qui s'investissent en première ligne font preuve d'un esprit critique et d'un sens de l’engagement incroyables. J’ai eu ma soeur, qui est en mission, au téléphone. Je lui ai dit : “Si jamais tu es tuée, ça n'est pas ta mort que je ne supporterai pas. C'est que des gens assis derrière leur ordinateur piétinent ton corps par des mots durs et des paroles irréfléchies”. La mort, ça mérite d'être traité avec un peu moins de légèreté qu'une conversation sur la météo du jour...

11h11 : Je me permets de diffuser un message touchant que vient de nous envoyer @Paul, qui affirme connaître l'une des victimes de l'attaque survenue dimanche au Niger. Il raconte que la "méchanceté" de certains commentaires à l'égard des humanitaires abattus lui est "douloureuse", et déplore le "peu de mots réconfortants pour les victimes, leurs familles et leurs amis". L'occasion pour moi de rappeler que les commentaires, sous nos articles, contrevenants aux conditions d'utilisation de notre plateforme peuvent être signalés à notre équipe de modération.

10h31 : Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences Po Paris et spécialiste des questions internationales, était hier soir l'invité de franceinfo. Il est revenu sur l'attaque qui a tué huit civils au Niger.

12h38 : Emmanuel Macron doit présider à 11 heures un double Conseil de défense en visioconférence depuis le Fort de Brégançon. La situation au Niger, où huit personnes dont six Français ont été tués dimanche sera évoquée, comme la crise du Covid-19.

06h34 : Le Figaro revient de son côté sur l'attaque qui a fait huit morts, dont six Français, dimanche au Niger. Le journal consacre aussi un article au "style" Jean Castex. Le premier ministre, "qui multiplie les déplacements, a installé un mode de gouvernance qui se veut complémentaire de celui du président, afin de combler les failles de la macronie", écrit le quotidien.


07h31 : Commençons sans plus attendre par un premier point sur l'actualité :

Le Premier ministre libanais Hassan Diab a annoncé hier soir la démission de son gouvernement, après le départ de plusieurs membres de son équipe sous la pression de la rue, qui accuse la classe politique d'être responsable de l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth.

Un vent d'inquiétude a brièvement soufflé cette nuit sur la conférence de presse quotidienne de Donald Trump. Le président des Etats-Unis a été prestement escorté loin de son pupitre et mis à l'abri par sa garde rapprochée à la suite d'un incident à l'extérieur de la Maison Blanche. Les services chargés de la protection du chef d'Etat ont par la suite indiqué avoir tiré sur un homme menaçant, qui a été transporté à l'hôpital.

• Au Niger, les forces armées nigériennes traquent les auteurs de l'attaque, dénoncée comme "terroriste" par Niamey et Paris, qui a tué dimanche huit personnes dont six humanitaires français de l'ONG Acted, qui va porter plainte à Paris.

• Une rumeur de fusillade a provoqué un mouvement de foule hier soir sur la Croisette à Cannes (Alpes-Maritimes), mais aucun coup de feu ni détonation n'ont été constatés sur place.