Armes à feu : une opération de collecte inédite organisée partout en France

Publié
Armes à feu : une opération de collecte inédite organisée partout en France
Article rédigé par
A. Lay, C. Morand, N. Salem, S. Sahki, France 3 Régions, P. Guény - France 3
France Télévisions
À partir de vendredi 25 novembre et pendant une semaine, le ministère de l’Intérieur lance une vaste opération pour permettre à tous les particuliers d’abandonner leurs armes détenues de façon illégale, sans aucun risque de poursuite. Il y en aurait plus de 6 millions en circulation. 300 points de collecte sont installés partout en France.

Il arrive le coffre rempli d’armes à feu. Vendredi matin à Orléans (Loiret), un retraité vient déposer à la gendarmerie plusieurs fusils de chasse et pistolets qui appartenaient à sa famille. Partout en France, se tiennent des scènes insolites devant certains commissariats. Dans des sacs, des boîtes, ou emballés dans de vieux tapis, des armes de tout calibre. "C’est l’arme du grand-père, qu’on a retrouvée, qui chassait à l’époque, on n’en a plus l’utilité", dit un homme.   

Mieux contrôler la circulation des armes  

C’est une opération inédite en métropole, durant une semaine. 300 sites de collecte, des commissariats pour la majorité, ouvrent leur porte pour inciter les particuliers à se dessaisir de leurs armes. Ce sont souvent des souvenirs de famille. Deux options sont proposées : donner son arme à l’État, elle sera détruite ou confiée à un musée selon sa valeur. Ou la garder, à condition de l’enregistrer dans le nouveau système informatique dédié. L’objectif de cette collecte : mieux contrôler la circulation des armes. Si vous possédez une arme cachée, vous vous exposez à des poursuites : 30 000 euros d’amende et deux ans d’emprisonnement.   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.