VIDEO. Fusils d'assaut fabriqués en Allemagne, gilets pare-balles irlandais... Quand l'Etat désarme les PME françaises

Le budget qui progressera le plus en 2019 en France est celui des armées avec une hausse de 1,7 milliard, mais ce sont des fusils automatiques allemands et des gilets pare-balles irlandais qui sont achetés au grand dam des PME du secteur.

Voir la vidéo
France 2

Le fusil d’assaut de l'armée française est fabriqué en Allemagne. Les gilets pare-balles de la police et de la gendarmerie sont, eux, sous pavillon irlandais. Le made in France ne fait-il plus recette pour l'armement militaire ? Une PME en région parisienne vient de perdre un appel d'offres majeur. En jeu : 307 000 gilets pare-balles. Elle avait pourtant investi 100 000 €. Le contrat public a été attribué à une société irlandaise qui délocalise sa production en Asie. Pour cette PME de 31 salariés, cet échec est un coup dur.

4,7 milliards d'achats payés aux PME françaises

Dans une autre entreprise à Saint-Étienne (Loire), les dirigeants savent à quel point il est difficile de remporter ces marchés. Ils espèrent équiper les soldats français de 2 600 fusils de précision sur quatre ans. Pour pouvoir simplement candidater, cette PME doit franchir le seuil de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires et donc s'associer à d'autres entreprises. La direction pointe du doigt la responsabilité de l'État. "On déplore le fait qu'on nous mette des bâtons dans les roues", relate Jean Verney-Carron, le président du directoire "Verney-Carron". La direction générale de l'armement affirme respecter les critères très précis des appels d'offres. Le ministère des Armées rappelle que le montant des achats payés aux PME françaises s'élevait à 4,7 milliards d'euros l'an dernier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un militaire de l\'opération barkhane, au Mali, le 1er novembre 2017.
Un militaire de l'opération barkhane, au Mali, le 1er novembre 2017. (DAPHNE BENOIT / AFP)