Aix-en-Provence : rétrospective d'Alfred Sisley, "le plus paysagiste des impressionnistes"

Soixante œuvres d'Alfred Sisley, dont certaines ont rarement été présentées au public, sont réunies tout l'été dans une exposition à l’Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence.

Un homme regarde le tableau d\'Alfred Sisley, \"Effet de neige à Louveciennes\", en septembre 2011, au musée Von der Heydt, à Wuppertal, en Allemagne.
Un homme regarde le tableau d'Alfred Sisley, "Effet de neige à Louveciennes", en septembre 2011, au musée Von der Heydt, à Wuppertal, en Allemagne. (PATRIK STOLLARZ / AFP)

La rétrospective "Sisley, l’impressionniste", du 10 juin au 15 octobre 2017, à l'Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence, met à l'honneur le célèbre peintre anglais qui fut proche de Claude Monet, d'Auguste Renoir et de Camille Pissarro. Les soixante toiles réunies dans l’exposition permettent de parcourir la carrière d'Alfred Sisley au travers des lieux qui l'ont inspiré.

Rétrospective "Sisley, l’impressionniste" à l'Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence : le reportage d'Anne Chépeau
--'--
--'--

"Sisley est vraiment un paysagiste. Le plus paysagiste, si je peux dire, de tous les impressionnistes", analyse MaryAnn Stevens, historienne de l'art indépendante et commissaire de l’exposition. Alfred Sisley s’est voué toute sa vie à la peinture de paysage. Il peignait sur le motif c’est-à-dire en plein air, à toutes les saisons et par tous les temps.

Ce mode opératoire, auquel il ne renonça jamais, lui a permis de capter comme nul autre les effets de la lumière sur l’eau ou sur la neige, comme on peut le voir sur La Route de Louveciennes, effet de neige. "Normalement, un paysage enneigé doit être blanc et noir, poursuit la commissaire. Sisley, en bon impressionniste qu'il était, a trouvé que les ombres devaient être bleues et, au moment où les rayons du soleil tombent sur la neige. La neige prend la couleur des rayons. Donc, on a des touches de rose, de rouge un petit peu orangé qui vous donnent absolument l'impression qu'on est là, lors d'une fin de journée ensoleillée en hiver.

C'est éclatant. On a vraiment l'impression que la lumière sort de la toile.MaryAnn Stevens, commissaire de l’exposition "Sisley, l'impressionniste"à franceinfo

À Louveciennes et au Port-Marly, dans les Yvelines, ou à Moret-sur-Loing, en Seine-et-Marne, Alfred Sisley réalise des séries d’un même motif. Il établit par des choix d’angles multiples une véritable cartographie visuelle du paysage.

Sisley est né en France de parents anglais. S’il peint essentiellement la région parisienne, il fait aussi plusieurs voyages en Angleterre. L'Hôtel de Caumont expose l'une de ses toiles très audacieuse, Sous le Pont de Hampton Court, réalisée au bord de la Tamise à Londres en 1874. "On est en dessous du pont et on voit les piliers du pont, parallèlement, jusqu'au fond, décrit MaryAnn Stevens. Cela nous donne une espèce de perspective extraordinaire. Je crois que c'est vraiment un chef-d'œuvre de la perspective."

\"Sous le pont de Hampton Court\", 1874. Huile sur toile d\'Alfred Sisley.
"Sous le pont de Hampton Court", 1874. Huile sur toile d'Alfred Sisley. (SCHWEIZERISCHES INSTITUT FÜR KUNSTWISSENSCHAFT, ZÜRICH, LUTZ HARTMANN)

Sisley a peint 880 tableaux

Sisley expérimente. Au fil des années, la composition de ses paysages évolue. Il y introduit de nouvelles couleurs. Ce qui ne change pas c’est l’importance du ciel comme on peut le voir, dans la rétrospective, avec la vue de Saint-Mammès en bord de Seine. Il déclara d’ailleurs qu'il "commence toujours une toile par le ciel". 

Dans sa vie, Sisley aurait peint environ 880 tableaux. Les soixante toiles présentées à Aix-en-Provence font partie de ses chefs d’œuvre, 40% d’entre elles proviennent de collections particulières et sont, pour la plupart, rarement présentés au public. D'autres ont été prêtés par des institutions internationalement reconnues comme le Metropolitan Museum of Art de New-York, la National Gallery de Washington, la Tate Gallery et la National Gallery de Londres. "Sisley, l’impressionniste" est la première exposition monographique consacrée à cet artiste en France depuis 2002.