Viticulteurs du Bordelais : ils réclament l'arrachage de plusieurs hectares de vignes pour sortir de la crise

Publié
Viticulteurs du Bordelais : ils réclament l'arrachage de plusieurs hectares de vignes pour sortir de la crise
Article rédigé par France 2 - L.Bazizin, C.Olivari-Gardet, C.Varonne,France 3 Bordeaux, O.Sauvayre
France Télévisions
À Bordeaux, une surproduction de vin suscite l'inquiétude et la colère des viticulteurs, qui réclament un plan d'arrachage de vignes de plusieurs milliers d'hectares, car il y a trop de vin sur le marché, disent-ils, ce qui les pénalise.

Des pieds de vigne en feu et des vignerons en colère. Mardi 6 décembre à Bordeaux (Gironde), ils étaient nombreux à vouloir crier leur détresse. Du jamais vu depuis près de 20 ans. Faute de pouvoir écouler leur production au juste prix, certains se retrouvent pris à la gorge. "Ça fait maintenant 18-20 ans qu'on vit en vendant notre vin à moitié prix, on a plié le dos, on a courbé l'échine, on a raclé les fonds de tiroir, aujourd'hui on est au bout, on ne peut plus", déclare Didier Cusiney, porte-parole du collectif des vignerons de Bordeaux.

Supprimer au moins 1 500 hectares de vigne

La seule solution, extrême, arracher les vignes. Pour cela, ils réclament une aide de 10 000 euros par hectare. Une issue à laquelle ils doivent se résoudre. Car avec une crise de surproduction, il n'y a pas d'autre moyen, selon eux. Même ceux qui louaient des vignobles aux propriétaires ont dû baisser les bras. Supprimer des hectares de vigne, c'est une solution qui a déjà été mise en place il y a 16 ans. La mesure avait permis à Benoît Bentejac, viticulteur à Sainte-Foy-la-Longue (Gironde), de refaire surface. Selon la filière, il faut supprimer en Gironde au moins 1 500 hectares pour sortir de la crise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.