ENQUETE FRANCE 3. "On est démuni" : en Chine, le succès des vins français inspire les maîtres de la contrefaçon

Le vin est aussi l'objet de contrefaçons. Dans les grandes maisons de Bourgogne, le cru 2018 devrait se monnayer cher et attiser la convoitise des faussaires.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Avant les vendanges, Thibault Liger-Bélair, viticulteur, a son petit rituel. Seul au milieu des vignes, il déguste son raisin, comme un petit avant-goût de ses grands crus. Ses prestigieuses bouteilles de Bourgogne, ce vigneron les vendra à prix d'or en Chine. Un marché florissant, où il découvre à ses dépens qu'il faut prendre le risque d'être imité. Une contrefaçon de son vin a été trouvée sur le marché parallèle chinois. La contrefaçon, c'est l'envers du succès chinois pour les vignerons français.

1 bouteille sur 2 sera contrefaite en Chine

La demande est telle que les experts estiment qu'1 bouteille sur 2 serait fausse. Des grands crus à prix cassés, internet en regorge. Pour lutter contre ces faussaires Thibault Liger Bélair a dû redoubler d'ingéniosité. Comme pour un vrai billet de banque, ses étiquettes sont subtilement étudiées pour tromper les imitateurs. Depuis deux ans, la Chine cherche à rassurer les producteurs de vin français.  Elle a notamment reconnu 45 appellations du Bordelais. La Bourgogne attend encore son tour.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des vignobles de l\'AOC côtes-de-bourg, à Lansac (Gironde).
Des vignobles de l'AOC côtes-de-bourg, à Lansac (Gironde). (PHILIPPE ROY / AFP)