VIDEO. Report de l'interdiction de la production de certains pesticides : "2025, c'est un peu loin", concède Emmanuelle Wargon

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, est revenue mardi sur franceinfo sur le report par l'Assemblée nationale de l'interdiction de la fabrication de pesticides en France.

franceinfo

Le 15 mars dernier, l'Assemblée a repoussé de trois ans l'interdiction de la fabrication sur le sol français de pesticides destinés à la vente hors de l'Union européenne, de 2022 à 2025. "On change de modèle et changer de modèle c’est long et difficile, explique mardi 7 mai sur franceinfo Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Ça aurait probablement été mieux d’être capables d’aller plus vite. 2025 c’est un peu loin. Peut-être que 2022, c’était mieux."

La loi agriculture et alimentation (Egalim), promulguée en novembre, prévoyait l'interdiction en 2022 de la production, du stockage et de la vente de produits phytopharmaceutiques destinés à des pays tiers et contenant des substances prohibées par l'UE. C'est cette mesure qui a été repoussée par l'Assemblée à 2025 dans le cadre de l'examen en nouvelle lecture du projet de loi Pacte sur les entreprises, le 15 mars.

"Les entreprises ont besoin d'un peu plus de temps"

"On a un problème de transition industrielle, poursuit la secrétaire d'Etat. C'est-à-dire que les entreprises concernées ont besoin d'un peu plus de temps pour reconvertir les sites industriels, pour aller vers des produits qui sont des produits autorisés dans l'Union européenne." "Le gouvernement veut interdire la production en France de produits qui sont interdits à l'usage en France ou dans l'Union européenne. On est les seuls à le faire."

Emmanuelle Wargon, secrétaire d\'État auprès du ministre d\'État, ministre de la Transition écologique et solidaire.
Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire. (FRANCEINFO)