VIDEO. Dis franceinfo, c'est quoi le problème avec l'huile de palme ?

Présente dans nos assiettes, nos produits cosmétiques ou même dans nos carburants, l'huile de palme est loin de faire l'unanimité. On a demandé à notre assistant personnel de nous éclairer sur la question.

Voir la vidéo

L'huile qui tâche. Attaquée de toutes parts par les nutritionnistes et les écologistes, l'huile de palme l'est à présent par les agriculteurs français, qui ont bloqué des raffineries, entre dimanche 10 et mercredi 13 juin. Mais quel est le problème avec ce produit que l'on retrouve dans de nombreux aliments ? On a demandé à notre assistant personnel de nous apporter des réponses et voilà ce que l'on en retient.

C'est une huile de plus en plus utilisée

L'huile de palme est produite à partir de la pulpe du fruit du palmier à huile. Elle est l'huile végétale la plus utilisée au monde. Son fruit de couleur orangée mesure la taille d'une grosse olive et contient environ un tiers de la substance prisée, selon l'European Palm Oil Alliance. La consommation d'huile de palme a explosé. En vingt ans, la production mondiale est passée de 17 millions de tonnes en 1998 à près de 70 millions de tonnes en 2018. 

Un intérêt qui s'explique par son faible coût de production. Sa texture, son odeur neutre et ses propriétés de conservation en font aussi un ingrédient très prisé dans l'industrie de l'agro-alimentaire. L'huile de palme se retrouve aussi bien dans les chips, les plats préparés, les biscuits ou pâtisseries, les crèmes glacées, les pâtes à tartiner mais également dans certains produits cosmétiques.

Ce n'est pas très bon pour la santé

Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), citée par Europe 1, l'huile de palme est pourtant "sans intérêt nutritionnel". Avec près de 50% d'acides gras saturés, l'huile de palme possède en effet moins d'atouts nutritionnels que l'huile de colza (7%) ou l'huile d'olive (14%), selon les chiffres de l'USDA, le département des États-Unis à l'Agriculture.

Son seul avantage est d'être plus riche en caroténoïdes, vecteurs de vitamine A. Mais elle contient un fort taux d'acides gras saturés qui "en excès peuvent favoriser les maladies cardiovasculaires". Les nutritionnistes s'inquiètent donc de la forte consommation de ce produit, d'autant que selon l'ONG Les Amis de la Terre, un Européen consommerait environ 12 litres d'huile de palme chaque année.

Ce n'est pas très bon pour l'environnement

Le problème avec l'huile de palme, c'est aussi que sa production serait responsable de 80% de la déforestation en Malaisie et de 17 à 27% en Indonésie, les deux principaux pays producteurs, rapporte Le Monde. Et "la culture de cette plante, qui ne pousse que dans la zone équatoriale, entre en conflit avec la forêt dense", écrit le journal du soir.

D'où un impact sur le réchauffement climatique. Et sur la biodiversité. En Indonésie, des espèces endémiques, comme les orangs-outans, sont contraints de quitter leur habitat naturel mais sont aussi chassés, et se retrouvent en danger d'extinction. D'ici 2025, si rien n'est fait, ces grands singes auront décliné de 82% depuis 75 ans, rapporte le magazine National Geographic.

Face à ces problématiques, les associations de défense de l'environnement ont milité pour une production responsable et durable. Et selon Greenpeace, plus de 75% de l'huile de palme est désormais produite par des entreprises s'étant engagées en faveur d'objectifs "zéro déforestation".

Ça concurrence les agriculteurs français

L'huile de palme est également développée en tant que carburant pour les moteurs diesel (1%). Avec un rendement près de six fois supérieur à l'huile de colza produite dans l'Hexagone. Produite à l'étranger, l'huile de palme représente ainsi une concurrente très sérieuse, voire une menace pour l'agriculture française. "Une tonne d'huile de palme est en effet 15% moins chère qu'une tonne d'huile de colza", assure Arnaud Rousseau, président de la Fédération des producteurs d'oléagineux et de protéagineux.

En début de semaine, les agriculteurs ont ainsi bloqué plusieurs raffineries et dépôts de carburants. Ils ont voulu protester contre l'autorisation donnée au groupe pétrolier Total d'importer de l'huile de palme, qu'il utilise pour faire tourner sa raffinerie d'agrocarburants de La Mède (Bouches-du-Rhône). Ils ont finalement levé leurs blocages après avoir obtenu, mercredi 13 juin, un accord avec le ministère de l'Agriculture.

Un ouvrier entasse des grappes de fruits de palmiers à huile, le 16 septembre 2015 en Indonésie.
Un ouvrier entasse des grappes de fruits de palmiers à huile, le 16 septembre 2015 en Indonésie. (ADEK BERRY / AFP)