Vendanges : mauvaise année 2017 pour les viticulteurs

Des viticulteurs ont manifesté à Carcassonne (Aude) ce mercredi 18 octobre. Au moins 20% de leurs vignes ont été détruites par le gel, le manque d'eau a fait des dégâts et la concurrence étrangère fait pression sur les prix. La profession demande la régulation du marché européen.

FRANCE 3

Les viticulteurs engagent déjà des frais pour la prochaine saison, pour les vendanges 2018, mais la conjoncture n'est pas idéale. Pour certains, les pertes de la récolte 2017 sont catastrophiques. "Au moins 40% de chiffre d'affaires de perdu. Quand vous perdez 40% de votre salaire, vous faites comment ?", se demande Pierre Rodriguez, viticulteur.

Des pertes importantes

Les cours du vin ne remontent pas malgré la petite récolte de 2017. "S'il n'y a pas d'aide, il va falloir réinjecter des fonds privés, de maigres économies qu'on peut avoir quand on les a. Quand on ne les a pas, c’est très difficile. Peut-être que certains vont rester au bord de la route", explique Didier Loubetières, le président de la cave de Coursan (Aude). Tous les pays viticoles sont touchés par des accidents climatiques. Les vignerons savent bien qu'une remontée des cours ne compensera pas leurs pertes en volume. Des viticulteurs ont manifesté à Carcassonne (Aude) ce mercredi 18 octobre. La profession demande la régulation du marché européen.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des vendanges dans le vignoble bordelais (Gironde) en septembre 2012.
Des vendanges dans le vignoble bordelais (Gironde) en septembre 2012. (MAXPPP)