Union européenne : les négociations pour une nouvelle politique agricole commune échouent et reprendront en juin

Les pourparlers entre eurodéputés et Etats membres de l'UE sur la nouvelle PAC, destinée à verdir l'agriculture européenne à partir de 2003, reprendront en juin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre allemande de l'Agriculture, Julia Klöckner, s'adresse à la presse pendant les négociations sur la nouvelle politique agricole commune (PAC), le 26 mai 2021 à Bruxelles (Belgique). (THIERRY MONASSE / AFP)

Un accord va-t-il être trouvé pour une nouvelle politique agricole commune (PAC) en Europe ? Réponse en juin. Après trois jours de négociations, les eurodéputés et les Etats membres de l'Union européenne (UE) ont échoué à trouver un accord sur la nouvelle PAC, destinée à "verdir" l'agriculture européenne à partir de 2023, a annoncé vendredi 28 mai le Conseil européen. Les pourparlers reprendront lors de la prochaine réunion des ministres européens de l'Agriculture, en juin.

La nouvelle proposition des ministres, réunis mercredi et jeudi à Bruxelles, a été jugée par les eurodéputés encore trop éloignée de leurs revendications environnementales et sociale : les Vingt-Sept, qui avaient approuvé en octobre 2020 la réforme de la PAC – avec un budget de 387 milliards d'euros pour sept ans, dont 270 milliards d'aides directes aux agriculteurs  doivent impérativement s'entendre avec le Parlement européen pour signer un accord.

"Un accord, mais pas à n'importe quel prix"

Les "écorégimes", primes accordées aux agriculteurs participant à des programmes environnementaux exigeants, sont au cœur des négociations, comme l'encadrement strict et l'alignement des politiques nationales sur les stratégies environnementales et climatiques européennes (pacte vert, objectifs de cultures bio, réduction chiffrée des pesticides...).

"Nous voulons conclure un accord, mais pas à n'importe quel prix", a expliqué vendredi la ministre de l'Agriculture portugaise, Maria do Ceu Antunes, qui négocie au nom des Etats. "Les agriculteurs ne doivent pas être ensevelis sous la bureaucratie (...) Nous voulons récompenser les pratiques environnementales, mais cela doit être praticable financièrement", a averti la ministre allemande de l'Agriculture, Julia Klöckner.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.