Un nouveau modèle de culture des sols pour les agriculteurs

Les experts du Giec (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) appellent à une meilleure exploitation des sols. En France, certains producteurs ont déjà pris les devants en changeant de modèle.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Cet agriculteur est considéré comme un original dans son département. Il ne laboure plus les sols. "Ici, nous avons ma charrue qui n'a pas servi depuis 2013. Il n'y a plus de travail de sols, plus de binage, plus de labour…", avance Christophe Naudin, céréalier à Maisse (Essonne). Un modèle en rupture totale avec les traditions familiales. Désormais il sème un mélange de plantes. Ces dernières vont développer les racines et fournir de l'engrais naturel au sol. Un cycle qui favorise les vers de terre, des laboureurs 100% naturels qui aèrent le sol et le rendent plus riche.

Les fleurs comme protectrices

En Alsace il faut trouver comment retenir l'eau. Un vigneron a une solution et a semé un mélange de plantes. "C'est un bleuet, c'est une des plantes qu'on a choisie et qu'on avait semée l'automne dernier", détaille Frédéric Schermesser, viticulteur à Gundolsheim (Haut-Rhin). En se décomposant, il va former un tapis protecteur qui retient la pluie et l'humidité dont la vigne a besoin pour se développer. Il protège aussi des rayons du soleil. Chaque goutte d'eau compte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur dans son champ, le 23 juillet 2019 à Guigneville (Essonne).
Un agriculteur dans son champ, le 23 juillet 2019 à Guigneville (Essonne). (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)