UE - Mercosur : la classe politique française juge l'accord mauvais

L'accord entre l'Union européenne et les pays du Mercosur devra être ratifié dans chaque parlement des pays européens. En France, il semble déjà que le chemin politique sera long. Emmanuel Macron défend le texte, mais la grogne est générale chez les agriculteurs.

FRANCE 2

Les critiques sur le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay), y compris dans son camp, Emmanuel Macron les a entendues, mais le président français n'a pas changé d'avis. "Nous ne sommes pas des protectionnistes, parce que la réalité de notre pays n'est pas protectionniste. Que ceux qui disent que tout accord commercial est mauvais m'expliquent dans ce cas comment ils vont s'habiller, s'alimenter, se déplacer", a plaidé Emmanuel Macron.

Un accord "quasiment du siècle dernier"

Le plaidoyer n'a pas convaincu Jean-Baptiste Moreau, député macroniste et lui-même agriculteur. "C'est un mauvais accord, je suis assez clair là-dessus", a déclaré l'homme politique. Pour Matthieu Orphelin, député non inscrit de Maine-et-Loire, proche de Nicolas Hulot, cet accord est "quasiment du siècle dernier". De leur côté, les agriculteurs prévoient d'autres mobilisations dans les jours à venir pour protester contre ce traité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron s\'exprime devant la presse après l\'échec des négociations sur plusieurs postes clés de l\'Union européenne, lundi 1er juillet 2019 à Bruxelles (Belgique).
Emmanuel Macron s'exprime devant la presse après l'échec des négociations sur plusieurs postes clés de l'Union européenne, lundi 1er juillet 2019 à Bruxelles (Belgique). (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)