Suspicions de mauvais traitements dans un abattoir de Dordogne : le parquet ouvre une enquête préliminaire

Une enquête préliminaire est ouverte après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les pratiques à l'intérieur de l'abattoir de la Sobeval à Boulazac (Dordogne).

L\'abattoir de la Sobeval, à Boulazac (Dordogne).
L'abattoir de la Sobeval, à Boulazac (Dordogne). (OLIVIER CHAUVE / FRANCE-BLEU PÉRIGORD)

Le procureur de la République de Périgueux (Dordogne) a ouvert une enquête préliminaire pour mauvais traitements sur des animaux, après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur l'abattoir de la Sobeval à Boulazac, rapporte mardi 10 mars France Bleu Périgord.

L'association dénonçait des méthodes d'abattage qui ne répondaient pas selon elles à la réglementation en vigueur, en particulier des conditions d'étourdissement insuffisantes.

Reprise partielle de l'activité

Après la diffusion de cette vidéo, l'activité de l'abattoir périgourdin avait été suspendue pendant six jours par le ministère de l'Agriculture qui réclamait des mesures correctives par rapport au fonctionnement de l'établissement ainsi qu'une meilleure formation du personnel.

Après des contrôles et certains aménagements, la préfecture de la Dordogne a autorisé la reprise partielle de l'activité de l'abattoir le 4 mars dernier.

La direction de l'abattoir, propriété du groupe Van Drie, a indiqué à France Bleu Périgord qu'elle ne souhaitait pas faire de commentaire quant à l'ouverture de cette enquête préliminaire.