Selon l'Inserm, une molécule utilisée dans des fongicides agricoles est toxique pour l'environnement et pour l'homme

Des chercheurs avaient déjà alerté en 2018 sur la dangerosité de cette molécule. En vain.

Une étude de l\'Inserm révèle que certains fongicides, pulvérisés comme ici par un tracteur sur un champ, seraient toxiques pour l\'Homme.
Une étude de l'Inserm révèle que certains fongicides, pulvérisés comme ici par un tracteur sur un champ, seraient toxiques pour l'Homme. (JEAN-MARC QUINET / BELGA MAG)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) montre, dans une étude publiée ce jeudi et dont franceinfo a eu connaissance, qu'une molécule utilisée dans des fongicides agricoles est toxique pour l'environnement et les cellules humaines.

Ces pesticides contiennent des substances nommées SDHI (pour inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui ont pour principe de bloquer une enzyme impliquée dans la respiration cellulaire des champignons. "Nous montrons que huit des onze SDHI actuellement autorisés en France sont toxiques pour les cellules humaines", explique Pierre Rustin, chercheur à l'Inserm et membre du CNRS, qui a participé à cette étude.

Des risques accrus de maladies comme Parkinson ou Alzheimer

En 2018, des chercheurs avaient déjà alerté sur la dangerosité de cette molécule mais en janvier 2019, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), avait conclu qu’il n’y avait pas d'éléments pour justifier une alerte sanitaire. Cette fois, c'est l'Inserm, un organisme de recherche public, dont certains chercheurs sont eux-même membres de l'Anses, qui remet en cause l'autorisation des SDHI.

Selon Pierre Rustin, ces substances augmentent le risque de maladies neurologiques "telles que Parkinson ou Alzheimer", en particulier pour les agriculteurs utilisateurs de ces produits. Le fongicide a également des effets délétères sur les vers de terre et les abeilles.

Des fongicides utilisés pour les fraises... et les terrains de football

Le SDHI est autorisé en France et en Europe. Il entre dans la préparation de nombreux fongicides. Il est utilisé dans l’agriculture, dans onze produits autorisés en France pour le blé, le colza mais aussi les fraises, les carottes ou la vigne. Et sur des terrains de football.  

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.