Sécheresse : face à une météo peu clémente, les maraîchers sont contraints de s’adapter

Alors qu’une partie de la France est toujours, mercredi 12 août, en alerte canicule et orages, les agriculteurs et maraîchers tentent de faire face. Comment s’organisent-ils face à une météo aussi impitoyable ? Reportage, en Franche-Comté.

FRANCE 2

À La Chevillote (Doubs), à quelques kilomètres de Besançon, on tente de cultiver son melon, ce qui était impensable il y a quelques années. Mais face aux épisodes successifs de sécheresse, les maraîchers s’adaptent. Dans cette exploitation, on cultive donc du melon et on plante également des pastèques. "On plante des arbres, pour faire des zones ombragées, on adapte nos cultures aussi, on plante des patates douces, pourtant sub-tropicales", explique Laure Saint-Hillier, maraîchère à la ferme de la Grange Melot.

L’eau de plus en plus rare

Et ça marche. Il faut dire que ce type de produits est résistant aux fortes chaleurs, de plus en plus fréquentes dans cette région, où l’eau devient un bien précieux. Irriguer les serres n’est plus suffisant, les champs aussi ont désormais besoin d’être arrosés. Chaque année, des milliers d’euros sont investis dans de nouvelles installations.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sécheresse : face à une météo peu clémente, les maraîchers sont contraints de s’adapter
Sécheresse : face à une météo peu clémente, les maraîchers sont contraints de s’adapter (FRANCE 2)