Reportage Dérèglement climatique : dans le Roussillon, des vendanges de plus en plus précoces et des rendements en baisse

À cause de la sécheresse et des canicules, les vendanges ont commencé très tôt cette année dans plusieurs régions viticoles, comme le Roussillon. Vignerons et vendangeurs doivent se réorganiser en urgence. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Dans certaines régions viticoles de France, les vendanges ont déjà commencé (NINA VALETTE / RADIO FRANCE)

Les vendanges ont commencé début août, avec une semaine d'avance, au domaine Cazes, à Rivesaltes, au nord de Perpignan. Plusieurs régions viticoles sont dans la même situation, à cause de la sécheresse et de la canicule, le raisin a mûri plus vite. Alors il faut se réorganiser : "On vendange la nuit, à la machine. Ça nous permet de récolter du raisin beaucoup plus frais. On commence vers 4h ou 5h et on finit vers 10h ou 11h", explique Lionel Lavail, le directeur du domaine Cazes, à Rivesaltes, au nord de Perpignan. 

"Peut-être que mes enfants feront les vendanges pour le 14 juillet, voire la fin juin. Je n'en sais rien, mais il va falloir qu'on s'adapte à ça !"

Lionel Lavail

à franceinfo

Les vignerons sont obligé de réorganiser la récolte, mais aussi le recrutement : le domaine de Cazes fait travailler 70 vendangeurs chaque année. "On a des gens qui viennent d'Espagne ou du Portugal, qui sont là pour faire les vendanges et qui viennent spécialement pour ça, explique Lionel Lavail. Mais là, on les a fait venir presque quinze jours plus tôt, ils n'étaient pas tous disponibles. Ça engendre un peu de bazar, c'est vrai."

>> Alsace : à une semaine du début des vendanges, les viticulteurs en manque de cueilleurs

Faire des choix dans la production 

Au domaine Pietri Geraud, à Collioure, Laetitia Pietri-Clara, la vigneronne, se prépare à une année difficile sur le plan économique : "Je sais déjà que j'ai une petite récolte. Il n'a pas plu depuis le mois de mars avril et il fait chaud depuis le mois de mai." À cause du manque de pluie, la vigne est en réserve : elle ne peut plus bien nourrir les raisins, qui ne grossissent pas."Sur le cru, en moyenne, on fait de tout petits rendements : 25 hectolitres par hectare. Cette année, je pense que je vais tourner entre 15 à 18 hectolitres par hectare. Il va me manquer du vin."

Laetitia Piétri Clara ne produira probablement pas de Banyuls cette année. Elle veut privilégier les vins secs de l'appellation Collioure, dont tout le millésime 2021 a été vendu. Et à l'avenir, ses prix devront augmenter.

Une situation à laquelle il va falloir s'habituer : la précocité est une tendance de fond, constate le père de la vigneronne, Jean-Michel Pietri. 

"Quand j'ai commencé à vendanger, il y a 30 ou 40 ans, on débutait les vendanges fin septembre et elles se terminaient mi octobre."

Jean-Michel Pietri

à franceinfo

"Malheureusement, malgré la qualité, c'est la quantité qui va poser problème. Si on continue comme ça, il faudra aller s'installer en Normandie", anticipe Jean-Michel Pietri. 

>> VIDEO - Dérèglement climatique : des vendanges précoces cette année, une production record

Selon les prévisions du ministère de l'Agriculture, cette année, les vignobles de la moitié nord de la France connaîtront des volumes de production supérieurs à la moyenne des cinq dernières années, alors qu'ils seront en baisse dans le Bordelais, en Languedoc-Roussillon et dans une partie de la vallée du Rhône.

Dans le Roussillon, les vendanges sont en avance à cause de la sécheresse et de la canicule - Reportage de Renaud Candelier
écouter

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.