Raffineries : pourquoi les agriculteurs les bloquent-elles ?

Plusieurs raffineries sont bloquées ce dimanche 10 juin au soir par les agriculteurs. L'objectif : marquer les esprits. Plusieurs sujets provoquent leur colère, et notamment celui qui entoure l'importation d'huile de palme afin de produire ici, en France, du biocarburant.

France 2

Une trentaine de tracteurs, et devant ce dépôt de carburant, des gravats déversés pour bloquer les accès. Dans la Marne, un long bras de fer commence pour ces producteurs de colza, qui s'inquiètent. Car jusqu'à présent, ce colza était la principale matière première des biocarburants français. Mais dans cette bioraffinerie des Bouches-du-Rhône, le pétrolier Total a obtenu l'autorisation d'utiliser jusqu'à 300 000 tonnes par an d'huile de palme. Une huile importée d'Asie ou d'Afrique et 25% moins chère que l'huile de colza française.

Les agriculteurs craignent l'effondrement des cours du colza

Pour ce producteur qui rejoindra l'un des barrages demain, lundi 11 juin, l'arrivée massive de cette huile de palme fragilise toute la filière. Selon la FNSEA, la surface de colza cultivée en France, 1,5 million d'hectares, pourrait être amputée d'un tiers. Dans sa bioraffinerie, le groupe Total affirme de son côté avoir sauvegardé 250 emplois et l'entreprise promet qu'elle continuera d'y transformer du colza français. Promesse insuffisante pour rassurer ces producteurs, qui craignent aussi un effondrement des cours du colza dans les prochaines semaines.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants contre les ordonnances sur la réforme du Code du travail bloquent l\'accès à la raffinerie Total de la Mède (Bouches-du-Rhône), le 25 septembre 2017.
Des manifestants contre les ordonnances sur la réforme du Code du travail bloquent l'accès à la raffinerie Total de la Mède (Bouches-du-Rhône), le 25 septembre 2017. (MAXPPP)