Pays-Bas : quand les consommateurs financent leur ferme

Des efforts sont faits pour rapprocher consommateurs et producteurs. Aux Pays-Bas, un modèle unique a vu le jour. Dans une ferme, les clients paient directement un agriculteur, et ils choisissent ce qu'il fait pousser pour eux.

FRANCE 2

Est-ce la ferme de l'avenir ? Ici aux Pays-Bas, pas de robots, pas d'élevage intensif, une ferme à taille humaine de 20 hectares. Mais elle pourrait préfigurer le modèle agricole de demain. Ces familles qui viennent chaque samedi récupérer leurs légumes sont aussi toutes actionnaires de l'exploitation. "Le fait d'être investisseur me donne un pouvoir sur ce qu'on va produire et comment on le produit. Je ne suis pas qu'un simple client, j'ai investi 2 000 euros pour être ici. Je paye pour une philosophie, pour décider ce qui est bon, et avoir une nourriture saine", explique un jeune homme.

Impossible de nourrir les 17 millions de Néerlandais ainsi

2 000 euros la mise de départ pour embaucher un agriculteur, louer des terres et acheter un cheptel. Il faut ensuite payer 10 euros par adulte et par semaine pour profiter des produits choisis ensemble. Mais difficile d'imaginer nourrir les 17 millions de néerlandais ainsi. Il faudrait trop de fermes, le pays n'a pas assez de fermes, et ce n'est pas le seul écueil. Cette ferme communautaire n'est pas encore viable financièrement. Il faudrait 200 familles membres contre 135 aujourd'hui. Elle est donc encore subventionnée par l'État qui croit en ce modèle. Trois autres exploitations devraient voir le jour d'ici à deux ans aux Pays-Bas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur répand des pesticides. Photo d\'illustration.
Un agriculteur répand des pesticides. Photo d'illustration. (MAXPPP)