Nouvelle PAC : au Pays Basque, les agriculteurs bio craignent pour l'avenir de leur exploitation

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Nouvelle PAC : au Pays Basque, les agriculteurs bio craignent pour l'avenir de leur exploitation
France 3
Article rédigé par
O. Feniet, A. Belderrain, C. Beauvalet - France 3
France Télévisions

Au lendemain d'une journée de manifestation, les agriculteurs bio restent mobilisés contre la politique agricole commune, jeudi 3 juin. La nouvelle PAC aide en priorité les nouvelles exploitations ; il y aura donc moins d'argent pour ceux qui se sont lancés dans le bio il y a quelques années. 

Dans les vallées escarpées de Arhansus (Pyrénées-Atlantiques), le bio a fait son chemin. Près de 10% des exploitations agricoles basques se sont converties, dont celle de Xabi Etcheberry, éleveur de brebis. La reconversion a été coûteuse ; il a par exemple fallu revoir l'alimentation de ses 400 bêtes. "Pour avoir une petite idée, en dernière année de conventionnel pour un maïs rendu sur exploitation, on était dans les 170 euros la tonne. Au passage en bio, même en conversion, on était autour de 400, 450 euros", décrit l'agriculteur bio.

Des subventions divisées par deux

Difficile pour lui de se passer des aides européennes de la politique agricole commune (PAC). Elles ont, par exemple, financé le nouveau toit de sa bergerie. Avec la réforme de la PAC en discussion, Xabi Etcheberry pourrait voir ses subventions divisées par deux. "Ce petit coup de pouce-là, ça peut justement pallier cette différence, les surcoûts qu'il y a par rapport au biologique... Si les aides baissent, ça ne va pas dans le sens où ça motive d'autres éleveurs à passer à la culture biologique", déplore-t-il

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.