Mortalité des abeilles : un apiculteur breton déplore une production de miel "divisée par quatre ou cinq"

François Le Dudal, apiculteur près de Saint-Brieuc, va pouvoir bénéficier des aides annoncées par le gouvernement.

Un apiculteur ramasse des abeilles mortes autour de ses ruches à Campbon, en Loire-Atlantique.
Un apiculteur ramasse des abeilles mortes autour de ses ruches à Campbon, en Loire-Atlantique. (FRANK PERRY / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a annoncé, lundi 30 juillet, une aide de trois millions d'euros pour les apiculteurs touchés par la mortalité des abeillesCe "dispositif d'aide exceptionnel pour les apiculteurs" sera effectif d'ici fin septembre, et servira à l'achat d'essaims. 

La mortalité des abeilles a en effet été particulièrement élevée l'hiver dernier, notamment en Nouvelle-Aquitaine, en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, en Bourgogne-Franche-Comté et en Bretagne.

D'importantes pertes pour les apiculteurs

François Le Dudal, apiculteur près de Saint-Brieuc, dans les Côtes-Armor, a perdu 80% de ses abeilles. "Je vais produire un volume très restreint de miel, une production qui va être divisée par quatre ou cinq", déplore-t-il sur franceinfo. "Pour moi, c'est autour de 120 000 euros de perdus. Si je devais racheter les essaims pour compenser ces pertes, on serait entre 25 000 et 30 000 euros", poursuit l'apiculteur.

Même s'il pourra bénéficier de l'aide annoncée par le ministre de l'Agriculture pour racheter des essaims, cela ne règlera pas le problème selon lui. "Ces essaims ne rentreront en production qu'à l'été 2019, et en attendant il y aura un trou de trésorerie qui va être de maintenant, jusqu'à l'automne 2019."

Les aides seront distribuées entre le mois de septembre et le printemps prochain.

Le reportage d'Olivia Chandioux
--'--
--'--