Mort de Jacques Chirac : un ancien président souvent qualifié de "bon vivant"

Lorsqu'on pense à Jacques Chirac, on pense à ses marathons au Salon de l'agriculture. Corrézien de cœur, il avait un contact très facile avec le monde paysan. C'était un bon vivant, quelqu'un qui aimait rencontrer les gens, leur parler.

FRANCE 2

Au jeu des dégustations, il restera sans rivaux. Jacques Chirac et le Salon de l'agriculture, une alchimie parfaite. Car bien au-delà de ses convictions politiques, son tempérament, son appétit gargantuesque resteront dans les mémoires. Énarque, comme beaucoup d'autres, mais à Paris, c'est sur ce terrain gastronomique qu'il fera oublier ses origines bourgeoises pour se faire adopter en Corrèze.

Un goût immodéré pour les bains de foule

"Il aime énormément la tête de veau. C'est légendaire en Corrèze", raconte sa femme Bernadette Chirac. Ce goût des bonnes choses, c'est une marque de fabrique électorale, qui deviendra même quelques années plus tard un réel atout diplomatique. Un appétit insatiable, un goût immodéré pour les bains de foule et pour le contact direct. Lors de grands sommets internationaux, il surprend par ses gestes, qui ont façonné l'image d'un président séducteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jacques Chirac, le 25 février 2006 au Salon de l\'agriculture. 
Jacques Chirac, le 25 février 2006 au Salon de l'agriculture.  (OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP)