Menacé de mort, un député de la Sarthe annonce qu'il ne participera pas aux comices agricoles

L'élu LREM Damien Pichereau avait déjà vu sa permanence saccagée en février dernier en raison de son vote en faveur du Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada. 

Le député Damien Pichereau (LREM) à l\'Assemblée nationale le 20 mars 2019. 
Le député Damien Pichereau (LREM) à l'Assemblée nationale le 20 mars 2019.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

C'est une première dans la Sarthe. Damien Pichereau, député LREM de la première circonscription du département, a annoncé lundi 19 août qu'il ne participerait pas aux comices agricoles. En cause, des menaces de mort qu'il dit avoir reçu à cause de son vote en faveur du traité de libre-échange avec le Canada, le Ceta

Dans un communiqué, ce "petit-fils d'agriculteur ayant grandi dans le monde rural" explique s'être toujours rendu aux comices avec "beaucoup de plaisir", précise France 3 Pays de la Loire. Mais du fait d'une "recrudescence" des menaces après son vote pour le traité, il se trouve "dans l'obligation de renoncer, après consultation, à [sa] participation aux cinq comices de [sa] circonscription".

Seul élu sarthois à avoir voté pour le Ceta

Sa permanance au Mans avait été prise pour cible en février dernier, en marge d'une manifestation des "gilets jaunes". L'élu dénonce un "climat national délétère où, chaque jour, un nouvel élu est pris pour cible".

Damien Pichereau est le seul élu sarthois à avoir voté pour la ratifitation du Ceta. Pascale Fontenel-Personne, l'autre députée LREM de la Sarthe, s'est abstenue. Les élus d'opposition Jean-Carles Grelier (ex-LR), Marietta Karamanli (PS) et Sylvie Tolmont (PS) ont voté contre le texte. "C'est justement pour cela que c'est dommage qu'il ne vienne pas aux comices", regrette au micro de France Bleu Denis Pineau, président du syndicat agricole FDSEA72. "C'était l'occasion d'expliquer son vote aux éleveurs sur le terrain." 

Après la ratification du Ceta, plusieurs élus LREM ont fait l'objet de menaces et d'insultes.