Maladie de Parkinson : à cause des pesticides, les agriculteurs sont plus exposés

À cause des pesticides, les agriculteurs sont particulièrement exposés à la maladie de Parkinson. France 3 a rencontré deux exploitants dans le Morbihan.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pendant trente ans, Albert Chotard a exploité 35 hectares de terre sur la commune de Guer, dans le Morbihan. Il élevait des vaches et cultivait du maïs, tout comme Jacques Larcher. Tous les deux ont utilisé des pesticides en grande quantité et souffrent de la maladie de Parkinson depuis plus de vingt ans. Lorsque les premiers symptômes sont apparus, aucun des deux agriculteurs n'a fait le lien avec l'utilisation de ces produits chimiques.

La reconnaissance en maladie professionnelle

Ces cas sont loin d'être isolés, comme le constate le collectif de soutien créé en 2015. "Il y a aussi un tabou un peu culturel, parce que c'est eux-mêmes qui ont utilisé ces produits-là, donc ils se sentent un peu coupables", explique Michel Besnard, membre du collectif. Chaque année, autour de 3 000 agriculteurs seraient victimes de la maladie de Parkinson. Seulement quelques dizaines ont obtenu la reconnaissance en maladie professionnelle.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Un épandage d\'herbicide sur une exploitation agricole, en Argentine, le 8 février 2018.
Un épandage d'herbicide sur une exploitation agricole, en Argentine, le 8 février 2018. (PABLO AHARONIAN / AFP)