Cet article date de plus de six ans.

Importation de viande : le traité entre l'Union européenne et le Mercosur "pas acceptable" en l'état, selon Nicolas Hulot

Avec ce traité, les éleveurs français craignent de voir affluer sur le marché des dizaines de milliers de tonnes de viandes produites avec des normes moins contraignantes.

Article rédigé par franceinfo avec Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot quitte l'Elysée, le 21 février 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

C'est l'un des sujets épineux du monde paysan en plein Salon de l'agriculture. Le traité de libre-échange en cours de négociation entre l'Union européenne et le Mercosur, le marché commun d'Amérique du Sud, n'est "pas acceptable" en l'état, a déclaré le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, dans le Journal du dimanche, dimanche 25 février.

La perspective d'un accord sur le modèle du Ceta conclu avec le Canada inquiète les éleveurs français, qui craignent de voir affluer sur le marché des dizaines de milliers de tonnes de viandes produites avec des normes moins contraignantes.

Ce traité serait trop préjudiciable, notamment pour nos agriculteurs, et la France a des lignes rouges très claires.

Nicolas Hulot

au JDD

"Les traités de libre-échange tels qu'ils existent ne sont pas climato-compatibles, ajoute-t-il dans le JDD. On demande des efforts à nos agriculteurs et à nos industriels mais ceux d’autres parties du monde s'exonèrent des contraintes liées au changement climatique quand leurs produits arrivent aux frontières de l’Europe."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.