Haute-Savoie : favoriser les circuits courts en unissant les producteurs

Les circuits courts se développent aussi chez les petits producteurs. Ils doivent redoubler d'ingéniosité pour réduire leurs coûts. 

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

135 brebis, 200 litres de lait par jour et des fromages fabriqués chaque matin. Cette petite bergerie d'Ayze, en Haute-Savoie, revend ses produits dans toute la vallée. "On vend aussi bien à la ferme directement, nous vendons à des revendeurs fixes ou itinérants, à des grandes et moyennes surfaces et également à des restaurateurs ou des hôtels", détaille David Meyer, cofondateur de la ferme. À quelques kilomètres de là, dans le village de La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), c'est une brasserie artisanale qui fabrique une douzaine de bières différentes. Les clients sont de plus en plus nombreux. En cinq ans, les ventes ont été multipliées par quatre.

Un système de co-livraisons

Ces deux petites entreprises ont en point commun de devoir livrer tous les jours et en petite quantité. Alors, pour dépasser cette contrainte qui coûte cher, les deux chefs d'entreprises se sont inscrits sur une plateforme spécialisée sur internet. Le site La Charette a été créé par deux sœurs, implantées à Annecy (Haute-Savoie), il propose de mutualiser les transports. "L'idée, c'est de réunir sur un site, des producteurs qui ont de la place disponible dans un véhicule et des producteurs qui cherchent à faire livrer leurs produits, et qui ne peuvent pas forcément se déplacer", détaille Laura Giacherio, cogérante de La Charette. 400 agriculteurs de Haute-Savoie participent actuellement à ces co-livraisons. Ils sont convaincus de l'intérêt économique et écologique du système. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les circuits courts se développent aussi chez les petits producteurs. Ils doivent redoubler d\'ingéniosité pour réduire leurs coûts. 
Les circuits courts se développent aussi chez les petits producteurs. Ils doivent redoubler d'ingéniosité pour réduire leurs coûts.  (FRANCE 3)