Grippe aviaire : l'abattage massif des canards d'élevage "est inéluctable"

Tous les canards dans les Landes vont être abattus pour en finir avec la grippe aviaire. Une mesure du ministère de l'Agriculture mardi jugée "inéluctable" par Jacques Duboscq, d'une association de producteurs landais indépendants.

Un élevage de canards, dans les Landes, décembre 2015.
Un élevage de canards, dans les Landes, décembre 2015. (IROZ GAIZKA / AFP)

Les canards d'élevage dans les Landes vont être abattus pour tenter d'éradiquer l'épidémie de grippe aviaire, a indiqué, mardi 21 février, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll à l'antenne de France Bleu Gascogne.

La FDSEA des Landes s'est dite favorable à cet abattage total et au vide sanitaire pour lutter contre le virus de la grippe aviaire. Depuis le mois de janvier, 1,3 million de canards ont été abattus en France. Dans les Landes, il reste 600 000 canards.

"Aujourd'hui, c'est inéluctable. Il faut tout abattre, mettre en place un vide sanitaire, pour pouvoir redémarrer sur de nouvelles bases", a estimé mardi, sur franceinfo, Jean-Jacques Duboscq, membre d'une association de producteurs landais indépendants, "Landes-Chalosse : le foie gras de producteurs fermiers" 

franceinfo : Que signifie la mise en place d'un vide sanitaire ?

Jean-Jacques Duboscq : Cela veut dire qu'il n'y a plus d'animaux sur l'exploitation ou sur un parcours. Il est vidé pour être désinfecter. S'il n'y a plus d'animaux, on peut nettoyer et laver les bâtiments, retourner les sols et les chaumer. 

C'est une période totalement dédiée à l'éradication du virus. Mais je pense qu'il ne sera jamais détruit.Jean-Jacques Duboscqà franceinfo

Cet abattage massif est-il suffisant ?

Ça ne change rien du tout. On s'est attaqué aux hommes en disant qu'ils ne faisaient pas bien leur boulot, on a attaqué les canards parce qu'ils sont trop fragiles, on attaque le matériel et les transports parce que ça dissémine la grippe aviaire, mais est-ce qu'on va s'attaquer au virus ?

Quand aura lieu la reprise ?

Imaginons que l'on ai fini d'abattre à la fin du mois, le vide sanitaire sera au moins d'un mois. S'il en faisait deux ce serait bien, mais ensuite il faut trois mois pour mettre des canards en place progressivement. Sachant également que la capacité de production des canetons a diminué, puisque même des reproducteurs ont été abattus.

Les aides trésorières de l'État vont-elles suffire ?

Jusqu'à présent, il faut reconnaître que le département, la région et l'État ont mis des moyens pour nous soutenir. Il est vrai que l'on n'a pas reçu la totalité des aides promises l'année passée alors qu'il faut maintenant commencer à aider à nouveau les producteurs pour ce nouveau cas. Il y a des ruptures de trésorerie. On attend que le ministre nous garantisse des aides pour que les banques puissent débloquer des sommes pour nous soutenir. Mais cela ne suffira pas. On va se retrouver avec des élevages sans animaux, sans trésorerie. On est un peu comme un capitaine de bateau sans bateau.

Grippe aviaire : l'abattage massif des canards d'élevage "est inéluctable", selon Jean-Jacques Dubosq
--'--
--'--