Gel : "Il faut absolument que, dès la semaine prochaine, on ait des mesures sur la table" pour aider les agriculteurs, plaide la FNSEA

Luc Smessaert, le vice-président de la FNSEA , estime sur franceinfo qu'il faut "moderniser ce dispositif des calamités agricoles, le rendre plus accessible à tous ces agriculteurs touchés."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bougies anti-gel brûlent pour protéger les arbres du froid dans un verger, à Westhoffen (Bas-Rhin), le 6 avril 2021. (FREDERICK FLORIN / AFP)

"Il faut absolument que, dès la semaine prochaine, on ait des mesures sur la table", déclare sur franceinfo Luc Smessaert, le vice-président de la FNSEA en charge du dossier gestion des risques dont climatiques calamités agricoles, assurances récoltes. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé samedi 10 avril "des enveloppes exceptionnelles" et le déplafonnement du régime d'indemnisation des calamités agricoles pour aider les agriculteurs à faire face au gel qui a touché cette semaine dix des 13 régions françaises.

"Il faut certainement moderniser ce dispositif des calamités agricoles, le rendre plus accessible à tous ces agriculteurs touchés", estime Luc Smessaert, qui regrette que "ces indemnisations arrivent souvent tard", alors que certains "n'ont pas encore soldé des dégâts, gel, de 2020."

Être "plus résilients face à ces événements climatiques"

Le gel tardif qui a couvert une large partie de la France cette semaine s'annonce comme l'un des pires des dernières décennies. De nombreuses cultures, vignes et vergers en particulier, ont été frappées du nord au sud du pays.

"Ceux qui sont touchés maintenant vont avoir besoin d'un acompte pour faire face aux charges", insiste-t-il, tout en se tournant vers l'avenir. "Il faut regarder comment on peut être plus résilients face à ces évènements climatiques", en étant "davantage dans la prévention sur le stockage de l'eau" ou en "épargnant les années où l'on fait de bons résultats, sans être taxé cette année-là, pour pouvoir aller le chercher quand il y a des catastrophes."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.