Gel des vignes : "On ne fera pas zéro récolte", rassure le président de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne

Les cultures ont été gravement endommagées par le gel. Thiebault Huber parle de "31 000 hectares de vignes" touchés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vigne gelée (illustration). (BOYER CLAUDE / MAXPPP)

Les cultures de nombreux agriculteurs, producteurs et viticulteurs ont été endommagées par le gel cette semaine. Les températures sont tombées jusqu'à -9°C par endroits. "On a 31 000 hectares de vignes" qui ont été touchés par le gel en Bourgogne, a déclaré sur franceinfo Thiebault Huber, président de la Confédération des appellations et des vignerons de bourgogne (CAVB), vigneron biodynamique à Meursault.

franceinfo : Quelle est la situation en Bourgogne ?

C'est l'ensemble du vignoble bourguignon qui est touché, de Chablis à Mâcon. On a 31 000 hectares de vignes. Ce sont essentiellement les sorties très précoces, les bourgeons qui avaient explosés durant la semaine pascale où il faisait vraiment trop chaud. Malheureusement, c'est cette semaine-là qui nous a coûté très cher avec ses épisodes de gel violent puisque c'est descendu jusqu'à -7°C dans certains coins de Saône-et-Loire et de Côte d'Or. On est un peu abasourdis.

Le blanc et le rouge sont-ils touchés de la même manière ?

Essentiellement le blanc parce que notre cépage Chardonnay est plus précoce, on voyait déjà de petites feuilles et donc c'est la pire période pour la sensibilité au gel. On espère que sur les rouges ça ira mieux, mais on est très inquiets parce qu'on nous annonce de la pluie pour les deux week-ends et de nouveau du gel pour la semaine prochaine.

Qu'en est-il dans votre exploitation ?

J'ai perdu énormément de ma production sur les vins blancs, des Bourgogne blancs, des Meursault, mes jeunes vignes qui ont deux ou trois ans où tous les bourgeons ont gelé. On espère que les bourgeons secondaires pourront repartir.

Est-ce la mort du millésime en Bourgogne ?

Non, il faut être prudent quant à ça.

"Vous pouvez avoir des parcelles où 100% des pieds ont été touchés, ont des bourgeons qui ont été brûlés par le gel, mais il y a probablement des bourgeons secondaires qui vont ressortir et où il y aura de la récolte dessus." 

Thiebault Huber, président de la CAVB, vigneron biodynamique à Meursault

à franceinfo

On sait qu'elle va être moindre, on ne fera pas une grosse récolte, mais on ne fera pas zéro récolte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.